Veuillez saisir au moins 2 caractères

Veuillez saisir une adresse email valide

Accueil › Aqui !
26 SEPT
2019
 PALESTINE : la dernière occupation au monde.
Palestine, la dernière occupation au monde : c’est ainsi que notre ami Ibrahim Khashan responsable de l’Association pour le Développement Humain d’Al Qarara (Gaza) définit très justement son pays. Ne parle-t-on pas d’ailleurs de « territoires palestiniens occupés » et de « colonies » au mépris du droit international qu’il s’agisse des décisions de l’ONU ou de la Cour Internationale de Justice...
PALESTINE : la dernière occupation au monde.

 

Palestine, la dernière occupation au monde : c’est ainsi que notre ami Ibrahim Khashan responsable de l’Association pour le Développement Humain d’Al Qarara (Gaza) définit très justement son pays. Ne parle-t-on pas d’ailleurs de « territoires palestiniens occupés » et de « colonies » au mépris du droit international qu’il s’agisse des décisions de l’ONU ou de la Cour Internationale de Justice.

Un mur de 730 km, 10 000 prisonniers dont de nombreux enfants, 75% de réfugiés avec un blocus de Gaza qui a connu trois guerres depuis10 ans...voilà la dramatique réalité quotidienne du peuple palestinien.

Dernière occupation au monde mais aussi dernière préoccupation du monde. Au milieu de l’assourdissant silence des pays dits civilisés, notre association Solidarité Al Qarara bataille avec ses modestes moyens pour faire connaître la réalité palestinienne appuyant un énorme travail éminemment pacifique de l’Association pour le Développement Humain d’Al Qarara.

J’en suis convaincu, la Palestine et Gaza en particulier est le lieu où se noue et où se joue aujourd’hui le destin de notre planète.

Nous accueillerons samedi soir à St Pierre Ibrahim et Salam ....

 

        

....deux personnalités exceptionnelles de Gaza. Elles méritent notre soutien et le détour d’une rencontre.

Je vous y invite. Ibrahim et Salam ont besoin de notre soutien et nous avons certainement beaucoup à apprendre d’eux.

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
18 SEPT
2019
 Ibrahim et Salam

J’ai rencontré Ibrahim Khashan à Gaza il y a vingt ans dans le petit village d’Al Qarara. Nouvel élu je voulais bien vérifier alors en partant pour la Palestine occupée que mes nouvelles responsabilités ne m’étaient pas montées à la tête et que je restais fidèle à mes convictions...

Ibrahim et Salam

J’ai rencontré Ibrahim Khashan à Gaza il y a vingt ans dans le petit village d’Al Qarara.

 


 

Nouvel élu je voulais bien vérifier alors en partant pour la Palestine occupée que mes nouvelles responsabilités ne m’étaient pas montées à la tête et que je restais fidèle à mes convictions. Or, depuis cette date et malgré le blocus de Gaza, nous avons contribué à bâtir avec Ibrahim, au dessus des frontières politiques et géographiques, une coopération riche d’émotions et d’humanité 

Ibrahim, mon frère de Palestine a pu quitter il y a quelques jours la prison de Gaza pour venir en France nous parler de la situation dramatique de Gaza et présenter les projets de l’Association pour le Développement Humain qu’il préside à Al Qarara.

Il est accompagné de sa fille Salam Khashan docteur en médecine à Gaza qui a fait ses études de médecine au Caire, très active dans l’association . Un nouveau bol d’air frais souffle ainsi depuis quelques temps sur notre jumelage témoin cette photo de famille prise lundi soir au domicile du maire de Saint Pierre d’Aurillac qui nous a accueilli  de manière informelle et généreuse.

 

 

 

C’est aussi avec beaucoup d’émotion que j’ai reçu dans ma propre famille Ibrahim et Salam

 

 


Je vous invite à partager ces moments de solidarité internationales qui donnent du sens à l’humanité en participant à la rencontre publique avec Ibrahim et Salam qui aura lieu le samedi 28 septembre à 18 heures à l’école de Saint Pierre d’Aurillac.

Pour en savoir plus vous pouvez aussi visiter notre site http://www.alqarara.fr/




Commentaire (1 )


messer jean pierre le 19 sept à 08:35
Une belle preuve d'amour, de solidarité et d'humanisme, merci Michel, merci à toi, à toute ta famille, amis et à tous ceux qui t'entourent sur cette photo.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
17 AOÛT
2019
 Aubarasses et brioulasses...
Retournons ensemble une fois encore au lumineux empire du monde de la Garonne. Ce fleuve est véritablement à la fois un tableau, un thermomètre et une « leçon de choses ».

Voici un exemple précis....

Aubarasses et brioulasses...
Retournons ensemble une fois encore au lumineux empire du monde de la Garonne. Ce fleuve est véritablement à la fois un tableau, un thermomètre et une « leçon de choses ».

Voici un exemple précis. Je viens de trouver hier matin quelques brïoulasse très fermes sur une vieille souche de peuplier (brïoule en langage garonnais)

 

 

 

A ne pas confondre avec les aubarasses qui poussent sur les souches de saules (aubier en langage local). Donc, richesse et poésie de la langue garonnaise, les brïoules donnent des brïoulasses et les aubiers des aubarasses. En fait ce sont des pleurotes et des pholiotes qui poussent sur les souches d’arbres coupés. Délicieux champignons au goût raffiné !

 

 

Au passage, revenons sur le débat d’un précédent billet consacré à la coupe des arbres de Garonne. Le recépage (coupe franche en bas du tronc) est un mode de régénération antique que beaucoup de mes contemporains semblent ignorer même chez les plus soucieux d’environnement qui ne voient souvent dans la coupe d’un arbre qu’un massacre à la tronçonneuse, ignorant que l’arbre y a trouvé depuis des siècles une deuxième...troisième...sinon quatrième jeunesse.

http://www.arbres-caue77.org/medias/files/le-recepage-fevrier-2018.pdf

 

 

Certes, je vous l’accorde, parfois ça ne régénère pas, ça rate et la souche crève ! Mais alors, miracle de la nature, pendant plus de dix ans encore ce tronc pourrissant nous fait un merveilleux cadeau et une offrande suprême post-mortem. Il produit plusieurs fois par an des brïoulasses et des aubarasses au goût de noisette et au parfum de cuvier.

Pour conclure, sachez que vous avez avec ces champignons de l’or (gustatif) en barre à portée de main à condition d’élever en parallèle une ou deux poules qui s’occupent de vos déchets et vous fournissent quotidiennement des œufs de qualité hors du commun. Osez alors une omelette ou mieux encore faites revenir les champignons comme de vulgaires cèpes avec de l’ail et du persil accompagnés de deux œufs (de vos poules) cuits dans le « jus » des champignons agrémentés éventuellement d’un filet de crème fraîche. Déjà dans la poêle, ça a de la gueule....

 

 

....mais dans l’assiette, je ne vous dis pas !!!

 

 

 

J’avoue renier parfois à cette occasion mes plus intimes convictions et consommer seul ce délicieux plat. Jaloux et vexé de ne pas avoir obtenu sa part d’œuf et de brïoulasse, mon fils a d’ailleurs hier soir formulé mon déni de valeurs solidaires par ces quelques mots d’une terrible violence: « Le problème avec les communistes c’est pas le manque d’écologie, c’est qu’ils ne savent plus partager! »




Commentaire (1 )


paulo le 17 août à 17:42
A Miquey le sarmouney...
Cher professeur, pour être complet il faut aussi rajouter les "sahucasses" qui poussent sur les "sahucs" (sureaux)...
Mais faut il révéler tous nos petits secrets à ces con-templatifs rurbains qui donnent des leçons d'écologie depuis leurs canapés sans jamais mettre la main à la pâte ?
Certaines méchantes personnes les appellent d’ailleurs: les "escrolos....
Ne pourriez vous pas leur conseiller de manger des "oronges"...un autre fabuleux champignon...ils pourraient ainsi s’enorgueillir, sur les réseaux sociaux, d'avoir défié la mort...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
12 AOÛT
2019
 Les lanceurs d’alerte

J’ai un profond respect pour les lanceurs d’alerte. Courageux et prémonitoires, ils donnent de leur personne et n’hésitent pas à partager et préserver un morceau d’avenir avec le genre humain....

Les lanceurs d’alerte

J’ai un profond respect pour les lanceurs d’alerte. Courageux et prémonitoires, ils donnent de leur personne et n’hésitent pas à partager et préserver un morceau d’avenir avec le genre humain. Le journal « l’Humanité » rend hommage à 29 d’entre eux durant ce mois de juillet dans « les séries d’été de l’Humanité . Passionnant !

 

Mais sachez qu’en matière de prédiction, nous avons ici en Gascogne nos lanceurs d’alerte et autres chercheurs chevronnés qui font corps avec la nature et savent décrypter les messages éternels que nous envoie la terre, le ciel et l’eau. Ces lanceurs d’alerte méritent tout autant notre respect car ils possèdent un 6ème sens qui leur permet de prévoir l’arrivée des cèpes grâce à des calculs logarithmiques impliquant la lune, la température du jour et de la nuit, le degré d’humidité et le nombre de jours après la pluie. Loin de constater et/ou de dénoncer de possibles malheurs qui nous guettent, nos lanceurs d’alerte gascon nous avertissent de plaisirs à venir. Quoi de plus agréable ?

 

 Ne souriez pas, je connais quelques-uns de ces gaillards doués d’une sensibilité hors du commun qui excellent dans cet exercice complexe de prévision au point de remplacer avantageusement une armée d’ingénieurs férus d’environnement et bardés de diplômes .

 

 

Concernant la prévision de la « poussée de cèpes », nos lanceurs d’alerte officient localement lors de forums et réseaux philosophiques plus ou moins improvisés devant la superette SPAR, sur le terrain de pétanque de l’ancien camping ou sur les bords de Garonne de Saint Pierre d’Aurillac mais ils ne dédaignent pas l’utilisation des moyens modernes et sélectifs tels les SMS ou mes messages internet auprès de cercles restreints « d’amis connaisseurs ».

 

 

Gardez-vous de railler ces gens aux discours et aux plaisirs apparemment frustes. Ils ont gardé avec la nature depuis plusieurs générations un lien étroit devenu génétique au fil des temps. Nous avons besoin de leur bon sens et de leur empirique connaissance d’un monde ou l’humain et le respect de l’environnement a encore cours.

 

 

Mais d’ailleurs, Hemingway, héros de la série d’été des lanceurs d’alerte de l’Humanité (mercredi 7 août) n’était-il pas lui-même un aventurier/connaisseur de la nature et de la mer. Pêcheur d’espadon à son heure (ce qui nous valut « le vieil homme et la mer ») il quitta cependant son bateau de pêche dans les caraïbes pour partir en mars 1937 « couvrir » la guerre d’Espagne aux côtés des républicains pressentant le risque de dérive autoritaire et totalitaire en Europe.

 

 

Cela a donné son roman « Pour qui sonne le glas » titre emprunté à un poème de John Donne qui résume étrangement les enjeux actuels : « Nul homme n’est seul isolé. Nul homme n’est une île, entière en elle-même, tout homme est un morceau du continent humain... La mort d’un seul homme nous diminue tous, nous, les composants du genre humain. Alors, n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi ! »

Finalement, les lanceurs d’alerte de la série d’été de l’Humanité ou ceux de la Gascogne profonde explorant le monde local sans code barre pour le plaisir de tous n’ont-ils pas en commun un cœur qui bat au rythme du continent humain ?

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
22 JUIL
2019
 Rencontre fictive mais à peine imaginaire (1ere partie)
La coupe des arbres dans le lit mineur de la Garonne ( SAINT PIERRE d’AURILLAC) a provoqué des réactions contradictoires et parfois vives jusque sur mon blog (voir « les derniers commentaires). Le dossier mérite attention. Il est complexe. J’ai donc imaginé une rencontre fictive et à peine imaginaire sur les lieux du crime : les bords de Garonne.
Rencontre fictive mais à peine imaginaire (1ere partie)
La coupe des arbres dans le lit mineur de la Garonne ( SAINT PIERRE d’AURILLAC) a provoqué des réactions contradictoires et parfois vives jusque sur mon blog (voir « les derniers commentaires). Le dossier mérite attention. Il est complexe. J’ai donc imaginé une rencontre fictive et à peine imaginaire sur les lieux du crime : les bords de Garonne.

 

 

L’animateur (pervers) : Osons la question qui fâche...fallait-il couper les arbres ?

 

 

L’arbre (désespéré) : Bien sûr que non ! Pourquoi m’ont-ils coupé ? je leur faisais pourtant de l’ombre, j’apportais la vie, la couleur mais surtout, je produisais de l’oxygène. C’est honteux ! quel irrespect pour la nature ! Et puis me faire ça à mon grand âge. J’étais plus que centenaire !

 

 

Un promeneur (plutôt anxieux): Ces arbres trop vieux étaient  instables et dangereux, ils ne tenaient plus debout, ils arrachaient les pierres confortant les berges et tous les matins il y en avait un qui se cassait la gueule sur le futur chemin de randonnée ou dans la Garonne . Et puis, ces arbres cachaient le fleuve. Franchement, je préfère me balader maintenant sur les bords de la Garonne car enfin on la voit, on en profite pour de bon.

 

 

Le bûcheron (dans la force de l’âge): la question n’est ni esthétique ni morale. Même si on a un pincement au cœur quand on les abat, les arbres sont faits pour être coupés car les berges comme la forêt doivent être entretenues. Lorsque les arbres sont jeunes, on élimine les plus fragiles pour aider les plus sains à se développer et quand ils sont arrivés à maturité on coupe les plus gros pour permettre aux petits de se développer. La gestion des arbres et de la forêt n’a donc rien à voir avec la logique du « développement humain » où l’on conforte (en principe) les plus fragiles et les plus âgés. Pour en savoir plus sur les coupes « d’éclaircie », « d’amélioration ou de régénération », consultez notre site c’est bien expliqué.... https://www.onf.fr/+/cc::un-hiver-en-foret.html

 

 

Le financier (malin) : C’est par ailleurs un bon placement éthique, plutôt que d’importer du bois polonais ou détruire la forêt amazonienne mieux vaut couper du bois de proximité. C’est du circuit court !

 

 

Le scientifique (clair et précis) : Le bois est un matériau d’avenir. Il se régénère et se renouvelle. L’utilisation massive et même industrielle du bois contribue à réduire les émissions de CO2 contrairement aux combustibles fossiles ! En construisant des maisons en bois mais aussi des meubles, planchers, portes fenêtres ou poutres, on stocke du carbone qui ne se diffuse pas dans l’atmosphère !! Mais ce bois, il faut bien le couper quelque part !

 

 

Le gascon (roublard): De toute façon, ces peupliers noirs, http://peupliernoir.orleans.inra.fr/usages.html ces saules  https://fr.wikipedia.org/wiki/Saule et ces aulnes glutineux https://fr.wikipedia.org/wiki/Alnus_glutinosa vont reprendre vie et repousser. C’est le recépage. Les souches restantes portent d’ailleurs pour certaines les traces d’un précédent recépage, et puis les souches des arbres qui ne vont pas repousser nous donneront pendant des années de magnifiques aubarasses (pleurotes) et autres brïoulasses (pholiotes)...des succulents champignons !!!  

 

 

VNF (très « responsable »): Nous sommes Voies Navigables de France chargés de l’entretien  du fleuve et tous ces arbres poussaient dans le lit mineur du fleuve. Contrairement aux petits arbres qui maintiennent les berges, ces grands arbres avaient une énorme prise au vent et menaçaient les berges d’écroulement. Regardez ces deux photos  prises à Saint Pierre d’Aurillac :

 

 

 

 

 

 

Si on ne les coupe pas, voilà ce que ça donne, un vrai carnage, une vraie catastrophe environnementale avec les berges écroulées et le fleuve transformé en cimetière.

 

Un promeneur en bateau (inquiet): Ces arbres prêts à tomber dans le fleuve sont dangereux pour la navigation mais aussi pour la sécurité des pontons qu’ils détruisent par leur chute ou dans leur dérive. Voies Navigables de France doit entretenir les berges et garantir la navigabilité...On paie pour ça !.

 

 

VNF (désolé): Bien sûr, bien sûr. Mais notre institution n’a plus aucun moyen, alors on sous-traite à des entreprises privées. D’ailleurs, on n’a même plus le personnel pour surveiller les travaux. Bien sûr, il y a quelques points noirs lors de la coupe, par exemple des arbres qui tombent dans le jardin des voisins ou des branches dans le fleuve. Mais dans toute activité, il y a des dégâts collatéraux. On ne fait pas d’omelette sans casser quelques œufs !!!

 

 

Une personne anonyme (très fâchée): Avec de tels raisonnements sur la fatalité des dégâts, ce n’est pas les œufs que vous nous cassez, Monsieur !

 

 

Un riverain (sûr de lui): Quand on habite près du fleuve comme moi, on n’attend pas que VNF intervienne. Il faut avoir une attitude citoyenne et responsable. Pour ma part, en face de ma propriété, j’entretiens les berges, je coupe l’herbe à ras et j’élague les arbres. J’entretiens le domaine public car le fleuve est un bien commun. Comme cela, je profite entièrement du paysage et j’en fait profiter les promeneurs ! Nous partageons ainsi notre bonheur et notre plaisir.

 

 

La palombe (roucoulant de colère): Ah c’est sûr, en face de chez vous les arbres ne risquent pas de devenir centenaires. Ils sont coupés ras à la naissance ou transformés en bonzaï dès leur plus jeune âge ; mais moi, je ne peux pas faire de nid dans ces arbres nains. Alors VNF, pêcheurs et  riverains...pensez un peu aux oiseaux ! Laissez pousser les arbres au lieu de les couper pour votre seul confort visuel. Les berges ne sont pas à vous, laissez-les vivre à l’état sauvage !

 

 

Le chardonneret (tendre et fragile): Et moi qui suit granivore, comment voulez-vous que je me nourrisse si vous ne laissez jamais pousser l’herbe qui m’offre ses graines nourrissantes. Aujourd’hui, c’est la guerre totale aux herbes et aux graines par tous les moyens possibles : désherbants, arrachage, mulching, tonte, brulage... la guerre aux herbes et aux graines est déclarée et c’est une forme de guerre aux oiseaux !

 

 

Le contriste (en un seul mot) : Ce carnage, c’est la faute aux politiques de droite comme de gauche ! tous pourris car ils ne protègent ni les arbres ni les hommes !

 

 

Un citoyen  (un peu aigri mais bien informé) : Un peu de pudeur !...d’abord les élus n’y sont pour rien dans le gestion des bords du fleuve confiés à un EPIC devenu EPA https://fr.wikipedia.org/wiki/Voies_navigables_de_France, qui choisit de sous-traiter « au moindre coût »  les nécessaires travaux d’entretien. Mais c’est bien vous monsieur par votre vote qui avez fait le choix d’abandonner depuis de nombreuses années les services publics... la poste, l’hôpital, la restauration scolaire, comme l’entretien des voies d’eau...il est là, le vrai carnage quotidien !

 

 

L’élu local (blessé): Si  c’est moi, petit élu communal,  que vous mettez accusé, on peut aussi discuter du bilan carbone de cette commune de Saint Pierre d’Aurillac depuis plusieurs décennies. On peut parler des bords de Garonne aménagés, du nombre d’arbres plantés, du chauffage des bâtiments publics par le bois, du remembrement du lit majeur avec la plantation de la forêt de noyer d’Amérique et de frêne et leur classement en site pittoresque par le ministère de la culture, du système d’assainissement naturel par lagunage, du projet d’installation d’un maraîcher pour fournir en circuit court la cantine scolaire...ici on fait des choses concrètes...! On ne fait pas de la « démagogie participative », on agit réellement !

 

Le pêcheur du bord (très exclusif) : la Garonne n’appartient pas à la commune de Saint Pierre d’Aurillac ni aux riverains, elle est la propriété des oiseaux, aux insectes, des promeneurs et bien sûr des pêcheurs qui l’entretiennent mieux que quiconque. Alors, moi, j’aime bien qu’il y ait des arbres sur mon coin de pêche car ça me fait de l’ombre quand je pêche ...mais je coupe les branches du bas pour ne pas accrocher ma ligne en lançant l’appât...

 

 

Le promeneur à pied (contrarié) : Moi je couperai plutôt les branches du haut  pour mieux apercevoir la Garonne depuis le haut de la berge.

 

 

L’écureuil (ironique) : Mais... moi qui adore m’élancer des branches hautes vers les branches basses je fais comment s’il n’y a plus que les branches du milieu ?

 

 

L’animateur (toujours aussi pervers) : Ces avis semblent inconciliables, mais si vous souhaitez vivre un jour ensemble, n’y-a-t-il pas de solution commune ?  Je repose donc ma question : Fallait-il couper les arbres ?

 

La deuxième partie du séminaire s’étant tenue à huis clos... il ne sera fait aucun compte-rendu... mais vous pouvez cependant donner vous aussi votre avis sur ce blog...

 




Commentaires ( 2 )


baritaut jean paul le 22 juil à 22:07
Sur l'âge des arbres :
ils ne sont pas centenaires, car le système luxuriant de garonne permet une pousse rapide, il n'y a qu'a regarder les peupliers de trois ans à coté de notre ponton
et puis quand j'étais petit il y a 55 ans je regardais le feux d'artifice de castets en dorthe depuis mon balcon
et il n'y avait aucun arbre sur la droite du chemin ,


betty scipion le 24 juil à 20:28
la promeneuse, citoyenne et poétesse (oubliée par le récitant) :...

Que laissons-nous ?

Méditer années après années

Pacifique-illusion
Mers, océans, fleuves, rivières, montagnes
Funeste passage

Les corps échoués s'entrechoquent

Non loin de là
Je marche lentement

Les berges souffrent
les peupliers s'essoufflent

en silence

Non loin de là
Je marche lentement

sur nos cimetières

Que laissons-nous ?




Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
15 JUIL
2019
 Bouchon vaseux, étiage et autres silures...
Le festival des fifres de Garonne jumelé à la fête de l’alose et du vin recevait samedi 29 juin Laurent Philton présentant son documentaire « Qui menace la grande alose ? » 
Bouchon vaseux, étiage et autres silures...

Le festival des fifres de Garonne jumelé à la fête de l’alose et du vin recevait samedi soir 29 juin Laurent Philton présentant son documentaire « Qui menace la grande alose ? ».


L’évènement n’est pas passé inaperçu. La salle était comble et le public attentif a manifesté son plaisir par un tonnerre d’applaudissement. Sans oublier la cerise sur le gâteau avec la présence de Jacqueline Rabic grand maître de la confrérie de la lamproie mais aussi directrice de l’association des pêcheurs professionnels en eau douce de Gironde.

Cette étonnante « Mamie Garonne » possède une énergie et une faconde sans limite. C’est un mélange gascon des trois héroïnes de mon enfance Marie Curie, Tartine et Calamity Jane. Mais surtout, elle est une vigie moderne surveillant du haut des plus grands mâts de son expérience les tsunamis qui pointent à l’horizon.

Une des premières elle s’est inquiétée de la remontée du bouchon vaseux et de l’augmentation de sa toxicité.        


Or sachez dans quelques jours ce bouchon vaseux va atteindre Saint Pierre d’Aurillac favorisé par une baisse précoce du niveau de l’étiage qui me fait craindre le pire à savoir l’insuffisance des réserves d’eau (60 millions de m3 achetés à EDF) pour garantir jusqu’en septembre un débit suffisant de la Garonne. http://www.smeag.fr/bulletin-quotidien.html

 

Je vous renvoie pour ceux qui veulent en savoir plus sur mon billet du 15 septembre 2016. Reste un élément nouveau apporté par Jacqueline Rabic concernant la disparition des aloses (et peut-être même des lamproies) consommées en grand nombre par les silures. On savait déjà ces poissons migrateurs en sursis mais voilà que se profile un nouveau...gros...kolossal problème ! Les dernières pêches expérimentales, les dernières études et observations scientifiques montrent que le silure introduit imprudemment en 1983 dans le Tarn par des pêcheurs aux lignes est en réalité un sacré opportuniste. En effet, non content de manger du pigeon tarnais, il utilise les installations du Malause comme une épuisette à migrateur et se gave sans retenue des poissons bloqués au pied du barrage . Alors qu’un ascenseur à poissons permet aux migrateurs de passer le barrage voilà maintenant qu’ils auront à franchir un deuxième barrage, vivant celui-là.

 

Restons confiants pensent encore quelques scientifiques béats. Le silure serait cannibale et en cas de déséquilibre des espèces, ce tantale moderne se chargerait lui-même de la solution en mangeant ses propres petits . On croit rêver!



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
19 JUIN
2019
 L'alose menacée... mais par qui ?

La grande alose poisson migrateur emblématique de la Garonne (avec le saumon et la lamproie) subit une chute vertigineuse de ses effectifs depuis une quinzaine d’années. Sa pêche est aujourd’hui interdite depuis 2008 mais les stocks tardent à se reconstituer posant la question de survie de l’espèce passée de 200 000 en l’an 2000 à moins de 5000 géniteurs aujourd’hui.


 

L'alose menacée... mais par qui ?

La grande alose poisson migrateur emblématique de la Garonne (avec le saumon et la lamproie) subit une chute vertigineuse de ses effectifs depuis une quinzaine d’années. Sa pêche est aujourd’hui interdite depuis 2008 mais les stocks tardent à se reconstituer posant la question de survie de l’espèce passée de 200 000 en l’an 2000 à moins de 5000 géniteurs aujourd’hui.

Pourquoi cette disparition aussi brutale d’un poisson apparaissant sur des dessins vieux de 14 000 ans ?

Barrages ? Pêche ? Pollution ? Réchauffement climatique ? destruction des frayères par extraction des granulats ?...

Voilà la légitime question de tous ceux qui portent un regard naturellement bienveillant sur leur propre environnement.

 

Délaissant les inquiétudes (légitimes) sur la disparition des tigres de Sumatra et du papillon monarque au Canada, un réalisateur de documentaires, Laurent Philton ose un regard de proximité sur un sujet à forte empreinte locale : la Garonne et la grande alose !.

A l’ombre des saules, des aulnes et des platanes, sous la brise fraîche venue du fleuve, Laurent Philton, invité du festival des fifres et de la fête de l’alose et du vin présentera samedi à 18H, sur les lieux-même du crime, son film « Qui menace la grande alose ? », documentaire pédagogique et argumenté !

 

 

 

 

Mieux comprendre les richesses qui nous entourent pour mieux les aimer et les préserver... Oser sans complexe réinventer notre monde en joignant l’écriture, l’image et la musique à la parole...tout un programme ! celui d’un  festival  ouvert à tous les amoureux de la Garonne que j’invite personnellement.

 

Pour ceux qui hésitent encore, sachez qu’on terminera la rencontre en dégustant ma crème d’alose et de lamproie avec un vin des coteaux ! Alors...vous venez ?....

 




Commentaires ( 4 )


daniel LAPORTE le 19 juin à 20:44
Bonjour Michel, j'ai beau chercher, je ne vois aucun commentaire sur "le vote" partageant tes idées politiques, j'aime lire tes analyses; ou bien, dégouté, tu ne souhaites plus t'exprimer sur le sujet . Merci, @+ peut-être de te lire. DL
.


AUGEY Pierre le 20 juin à 00:53
Oui Michel et Chers amis pêcheurs mais la cause de sa disparition est outre l’étiage qui n’ai pas toujours correctement maintenu ( voir 2005 et 2008) la présence très appréciée d’une partie des pêcheurs pour le trophée des SILIURES qui comme les cormorans tardent à être reconnus et classés espèces NUISIBLES et donc à réguler ou à détruire. Je ne sais mais il faudra un jour le faire sinon l'espèce disparaîtra comme d’autres
Pierre AUGEY
Administrateur de l’agence de l’eau AG ou le débat est toujours ouvert avec MME RABIC


cabrol Pascal le 25 juin à 22:36
Bonsoir Michel
Je suis parfaitement en accord avec toi pour protéger ce qui peule la Garonne je ne suis pas pécheur mais quel plaisir de voir cette vie aquatique autant que celle bordant les rives depuis chez moi . Par contre j' ai une GROSSE colère et tristesse pour le soit disant " élagage"....... plutôt massacre écologique et environnemental du chemin des bords de Garonne après les Arrocs.
Je m' indigne que personne( politique , défenseur de la Garonne ) n' ai freiné ce massacre( et je pèse mes mots) réalisé par une entreprise locale sous le gouverne de " l'état" . Était' il nécessaire d' abattre des arbres centenaire???? Était ' il nécessaire de défigurez ce chemin plein de vie,??????. Ou est la frontière entre élagage et abattage......Question
Car il me semble , la Garonne est un tout . Si nous devons défendre sa vie aquatique nous devons aussi défendre la faune et la flore de ses rives.C' est à mon sens intimement lié.......l' un ne va pas sans l' autre
Je serai présent
Je serai présent


baritaut jean paul le 27 juin à 10:58
encore un combat à mener pour défendre la pêche traditionnelle, et la préservation des espèces, faire avec les hommes et pour les hommes est essentiel, et comment ne pas s'inquiéter des manquements de l'état en terme d'entretien du fleuve, et de ses berges, il aura fallut un projet de piste cyclable, pour enfin entretenir ces chemins de garonne, et couper ces arbres qui nous séparent du fleuve, même si cela ne fait pas plaisir à certain, il était nécessaire de faire du jour, et je reste un défenseur des arbres, de tout les arbres y compris ceux de ma proximité, qu'ils soient figuier ou maronnier, ils sont les compagnons et les témoins de quelques belles histoires de vies...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
02 JUIN
2019
 Randonnée... Balade... Marche... Solidaire

Si vous avez déjà aimé l’an dernier... vous adorerez cette année ! Alors, invitez vos amis qui auraient raté l’évènement l’an passé....

Randonnée... Balade... Marche... Solidaire

Si vous avez déjà aimé l’an dernier...vous adorerez cette année ! Alors, invitez vos amis qui auraient raté l’évènement l’an passé. Dégustation de vins en haut des coteaux et sur les bords de Garonne, musique avec les « Sous-Fifres de Saint Pierre » et animation musicale avec « Eric Garcia », théâtre surprise durant le parcours avec « les Epiciers de la Benauge », buvette, grillades émailleront une journée originale de « Garonne en coteaux » au profit du Centre Communal d’Action Sociale.

Tous les renseignements utiles sur le document ci-dessous. On peut s’inscrire sur place... mais il est plus prudent de s’inscrire en mairie au 05 56 63 30 27...surtout si on veut rester grignoter le soir.

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
28 AVR
2019
 SOLIDARITE AL QARARA

Comme chaque année, notre association Solidarité Al Qarara participera au BricBrac de Saint Pierre d’Aurillac, Je vous y attends avec plaisir...

SOLIDARITE AL QARARA

Comme chaque année, notre association Solidarité Al Qarara participera au BricBrac de Saint Pierre d’Aurillac.

 

 

 Je vous y attends avec plaisir... autour des gâteaux marocains ainsi que de notre fameux thé à la menthe !!


Nous présenterons également 2 courts documentaires vidéo ou notre ami Ibrahim Kashan, président de l’Association pour le développement humain d’Al Qarara (Gaza/Palestine) s ’adresse à vous pour parler de la situation à Gaza et présenter l’activité de son association.

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
11 AVR
2019
 Grande Braderie !
C'est samedi.... n'oubliez pas !...
Laisser un commentaire
01 AVR
2019
 LE BELEM AU PORT DE SAINT PIERRE D’AURILLAC

Le Belem, ce bateau de légende, a traversé hier soir Bordeaux pour remonter ce matin 1er avril la Garonne jusqu’au petit port de Saint Pierre d’Aurillac, doublant Cadillac et Langon qui auraient pourtant rêvé de sa venue....


LE BELEM AU PORT DE SAINT PIERRE D’AURILLAC

Le Belem, ce bateau de légende, a traversé hier soir Bordeaux pour remonter ce matin 1er avril la Garonne jusqu’au petit port de Saint Pierre d’Aurillac, doublant Cadillac et Langon qui auraient pourtant rêvé de sa venue.

 

 

Le Belem accostera vers 11 heures au ponton de Michel Hilaire avec bien sûr l’accord de Voies Navigables de France (VNF) et du maire de Saint Pierre d’Aurillac, Stéphane Denoyelle qui ne cache pas son plaisir devant un tel événement.

 


On vient par ailleurs d’apprendre que le bateau sera accompagné par une flottille de pirogues africaines inscrites pour le célèbre « Nautic raid of alosa » qui parcourra les deux étapes Bègles-Caudrot et Caudrot -Bourdelles.

 

 

 

L’accostage du Belem pouvant se révéler très délicat au Port des Arrocs, la marine nationale s’est attachée les conseils avisés de Paul Toitot et Bernard Labouille , deux macariens spécialistes des manœuvres sur  la Garonne en amont de Langon.. Les commentaires pour le public présent seront assurés par Fabrice Pérot et la visite du bateau proposée (gratuitement) par Francis Lacroix et Jean-Paul Baritaut.




Commentaires ( 5 )


Mazon le 01 avr à 00:49
Pas mal la belle alose du 1er avril


Fripouille le poisson avec des couilles le 01 avr à 07:59
Très très bonne nouvelle...Je trouve que cet événement aurait été plus complet avec une belle régate entre "le radeau de la méduse", le bateau des gilets jaunes et "le France" celui d'Emmanuel Macron....Mais je serai au rendez vous pour l'apéritif d'honneur offert par Michel Hilaire.


jean pierre messer le 01 avr à 08:28
Effectivement, il y a dans l'année, comme ça,
des jours exceptionnels...Et il faut bien en profiter !!!


Francis G le 01 avr à 12:08
Super ! J'attends avec impatience le 2 avril pour les photos à ton ponton.
Et puis, quelques occasions de sourire en ce monde sinistre, c'est pas de refus.....


DULUC Evelyne le 01 avr à 18:26
Et après Saint Pierre d Aurillac il a accosté au port de Saint Martin de Sescas.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
15 MARS
2019
 Des nouvelles du printemps....

Chacun ses repères. Pour moi, l’annonce du printemps c’est le cri des grues....

Des nouvelles du printemps....

Chacun ses repères. Pour moi, l’annonce du printemps c’est le cri des grues

https://www.chant-oiseaux.fr/grue-cendree/

 

de la mésange charbonnière

https://www.chant-oiseaux.fr/mesange-charbonniere/

 

et de la grive musicienne..

https://www.chant-oiseaux.fr/grive-musicienne/

 

A ce sujet je ne saurais trop vous conseiller un site qui récapitule photos et chants de près de 300 oiseaux de chez nous.

https://www.chant-oiseaux.fr/alphabetique/

 

Allez.... Quelques nouvelles maintenant des poissons...le premier saumon est passé à Tuilières (Dordogne) le 27 février et à Golfech (Garonne) le 25 février. On a aperçu la première alose à Golfech  il y a quelques jours !

 

Pour les plus curieux allez faire un tour (régulièrement) sur le bulletin du Migado (télécharger le document en bas à gauche). Vous y noterez un niveau d’étiage de la Garonne exceptionnellement bas pour la saison.

 http://www.migado.fr/bulletin-dinformation-2019-n1-stations-de-controle-garonne-dordogne/

 

Donc, tant qu’il y a des oiseaux qui chantent et des poissons migrateurs qui remontent le courant, c’est qu’il y a encore un printemps...mais pour combien de temps encore ?...c’est pas gagné ! alors « allez-y les petits » !!


 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
03 MARS
2019
 Archives....

Encore un document d’archives trouvé récemment dans ma boîte aux lettres !!! De toute évidence, cela ressemble aux Sous-Fifres de Saint Pierre mais dans une formation (composition) inhabituelle !

Alors quand ? comment ? Pourquoi ? Pour qui ?...

Archives....

Encore un document d’archives trouvé récemment dans ma boîte aux lettres !!! De toute évidence, cela ressemble aux Sous-Fifres de Saint Pierre mais dans une formation (composition) inhabituelle !

Alors quand ? comment ? Pourquoi ? Pour qui ?

 




Commentaire (1 )


Jerome D le 09 mars à 01:47
Il me semble que c’etait pour l’animation du carnaval au centre pour handicapés sur les hauteurs de Cadillac en février 1995.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
27 FÉV
2019
 Une partie de pétanque...
Durant deux samedis consécutifs de février, dans notre petite commune de Saint Pierre d’Aurillac, une dizaine de bénévoles associatifs a retroussé les manches pour donner une deuxième jeunesse aux terrains de pétanque que le (mauvais) temps et une pratique intensive avaient dégradés.
Une partie de pétanque...

Durant deux samedis consécutifs de février, dans notre petite commune de Saint Pierre d’Aurillac, une dizaine de bénévoles associatifs a retroussé les manches pour donner une deuxième jeunesse aux terrains de pétanque que le (mauvais) temps et une pratique intensive avaient dégradés.

Il faut en effet savoir que tous les vendredis et samedis, près (ou plus parfois) d’une cinquantaine de boulistes (venus d’ici et d’ailleurs) s’affrontent pacifiquement sur ce terrain de l’ancien camping aménagé, éclairé et prêté par la municipalité. Les équipes sont tirées au sort et l’on change de partenaires à chaque partie.  Cela permet des rencontres, crée du lien social et oblige à beaucoup de respect et de tolérance.

 

 


Certes, parfois, les discussions sont vives et les opinions tranchées. Il faut reconnaître que cet aéropage sportif compte très peu d’anciens d’enfants de cœur et encore moins de « perdreaux de l’année ». Il a d’ailleurs fallu adopter une charte de bonne conduite que le bureau de l’association s’acharne à faire respecter scrupuleusement. Les termes de la charte sont aussi émouvants que convaincants. Respect ! Les rédacteurs n’ont sans doute pas fait l’ENA mais le propos est sans conteste plein de tendresse et de clarté.

Je vais vous surprendre mais cet endroit fait partie des lieux d’un petit village où je découvre à quel point la retraite peut être un moment d’émancipation et de solidarité. Un lieu d’inspiration communale et associative où chacun peut apprendre à cultiver son humanité.

Depuis samedi dernier, donc, le terrain est nickel après traçages, mesurages, arasages au millimètre prés.

 




Même les voies d’accès ont été nettoyées et arasées par une noria de tracteurs équipées de « pelles automatiques ». L’apéro et l’entrecôte qui ont suivi avaient un goût de devoir accompli car le « Pétanque Club de Saint Pierre d’Aurillac » est donc prêt à recevoir les futures compétitions dans lesquelles l’association est engagée. Elles sont nombreuses :

1)la Coupe de France (si ! si !),

2)le Championnat Des Clubs open ,

3) la Coupe du District

4) le Championnat Des Clubs promotions

5) le  Championnat des Clubs Vétérans.

Les compétitions démarreront sur le terrain rénové dimanche après-midi par une rencontre CDC promotion. Lancer du but à 14H30 contre Puisseguin. (la poule comprend Saint Pierre, Bazas  Pompignac et Puisseguin).

J’ai été convoqué par le sélectionneur pour faire partie de l’équipe. Bon, il faut vous dire que le sélectionneur n’est autre que mon propre fils, Valentin, mais quand même !

J’en tremble déjà. Serai-je à la hauteur de sa confiance? Va-t-on gagner cette première rencontre ?

Allez pour se décontracter une petite chanson https://www.youtube.com/watch?v=xfASjBNw7KQ



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
21 FÉV
2019
 FRACTURE DE LA MOTIVATION...
Mon chien Léon a maintenant 11 ans. Lors de sa dernière visite médicale (en juin dernier), le diagnostic du vétérinaire a été sans appel : « Tumeur inopérable à l’évolution foudroyante, espérance de vie de 2 à 3 mois maximum. .
FRACTURE DE LA MOTIVATION....

Mon chien Léon a maintenant 11 ans.

Lors de sa dernière visite médicale (en juin dernier), le diagnostic du vétérinaire a été sans appel : « Tumeur inopérable à l’évolution foudroyante, espérance de vie de 2 à 3 mois maximum. S’il termine 2018, ce sera miraculeux !!!’ »  

Incroyable... depuis maintenant plus de 8 mois, Léon résiste à la maladie.

Cependant, certaines attitudes révèlent chez lui comme « une fracture de la motivation ».




Commentaire (1 )


Clauxe le 21 fév à 19:30
Surtout ne le laisse pas trop souffrir. Amitiés,Michel et à toute la famille, bises de nous d'eux


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
12 FÉV
2019
 Rencontre pour Gaza
Soirée Solidarité Al Qarara vendredi soir, 15 février à l'école ...
Rencontre pour Gaza



Soirée solidarité Al Qarara vendredi soir.

 

 

 

Je vous y invite nombreux pour rencontrer Bertrand Heilbronn président national de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) et pour soutenir l’action concrète de l’Association pour le Développement des Droits Humains de notre ami Ibrahim Kashan.

Pour 2019 nous nous proposons en particulier de financer le projet de « Portes ouvertes dans les écoles d’Al Qarara » dont je vous joins le résumé.



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
05 FÉV
2019
 Braderie Géante...
Le deuxième samedi de chaque mois, le CCAS de Saint Pierre d’Aurillac organise une grande braderie dans le local de « La Poste ». On y trouve des vêtements, des meubles, de la vaisselle, des bibelots etc.…qui sont donnés au CCAS...
Braderie Géante...

Le deuxième samedi de chaque mois, le CCAS de Saint Pierre d’Aurillac organise une grande braderie dans le local de « La Poste ». On y trouve des vêtements, des meubles, de la vaisselle, des bibelots etc.…qui sont donnés au CCAS.

 

Ce mois-ci, le 9 février (c'est-à-dire samedi prochain) l’antenne du Secours Populaire de Saint Pierre d’Aurillac s’associera à cette initiative et organise une braderie dans la salle des fêtes voisine aux mêmes horaires. Seront proposés des vêtements, chaussures, linge de maison neufs...à des prix défiants toute concurrence ! Venez nombreux, partagez l’information pour cette action solidaire !

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
27 JAN
2019
 Archives
Encore une image d’archives exceptionnelle. La pêche à l’alose au grand filet (senne) sur les graviers de Saint Macaire face au port et à l’église de Langon.

Archives

Encore une image d’archives exceptionnelle. La pêche à l’alose au grand filet (senne) sur les graviers de Saint Macaire face au port et à l’église de Langon.

Ceux qui ont, comme moi, fréquenté la Garonne dès leur plus jeune âge reconnaîtront quelques silhouettes inoubliables en particulier celles des frères Darcos Raymond et René, les derniers pêcheurs de Garonne professionnels de Saint Pierre d’Aurillac. Sans oublier leur complice macarien San José qui a abandonné ses ciseaux de coiffeur pour donner un coup de main "pour tirer le filet". Il y a aussi les deux « gitans » et Christian Darcos encore ado...tous assis sur les bords de Garonne. Dans le ‘coin droit’ de la photo, on aperçoit un birol et au loin, une langue de terre qui s’avance sur l’eau à l’emplacement de l’ancien pont. Dans le bateau deux autres pêcheurs...vous savez qui ?

 

 




Commentaire (1 )


paul le 28 jan à 12:57
Michel,
Localement on appelait ce filet "tresson" et pas senne...Cette photo est belle, c'est à cet endroit que j'ai appris la pêche avec mon grand père, juste à côté du "birol"....et aussi à nager... J'avais 5 ans !


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
18 DÉC
2018
 Archives

Mes tiroirs regorgent de vieilles photos dont je n’ai souvent qu’un souvenir incomplet. J’ai décidé de vous en proposer régulièrement en demandant votre aide....

Archives

Mes tiroirs regorgent de vieilles photos dont je n’ai souvent qu’un souvenir incomplet. J’ai décidé de vous en proposer régulièrement en demandant votre aide. Tenez, cette inauguration par exemple.C’était où ? quand. ? et à quelle occasion ? Qui pourrait citer les cinq personnes qui tiennent le ruban ? et la petite fille... qu’est-elle devenue ?

Bien sûr, j’ai ma petite idée mais il me manque quelques pièces du puzzle...

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
29 OCT
2018
 Apéro au ponton ...

L’hiver pointe le bout de son nez. Les plus fervents pratiquants de la Garonne sentent d’instinct qu’il est temps d’abandonner petit à petit le bord du fleuve pour rejoindre les coteaux et la forêt à la recherche des migrateurs zélés... pardon... des migrateurs ailés.

Apéro au ponton...

L’hiver pointe le bout de son nez. Les plus fervents pratiquants de la Garonne sentent d’instinct qu’il est temps d’abandonner petit à petit le bord du fleuve pour rejoindre les coteaux et la forêt à la recherche des migrateurs zélés... pardon... des migrateurs ailés.

Les rendez-vous plus ou moins prémédités au ponton des Arroucats vont se faire de plus en plus rares sinon franchement aléatoires.

Raison de plus pour ne pas rater ce dernier grand RDV avant les retrouvailles du prochain printemps lors de l’arrivée des poissons migrateurs...

Qu’on se le dise donc ... prochain et dernier apéro du ponton :

dimanche 4 novembre à partir de 11 heures

au port de Saint Pierre d’Aurillac .

 

Tous les lecteurs de mon  blog  sont invités sur les bords de la Garonne dans un endroit agréable du Port des Arrocs... il y aura du rosé... du blanc sec... du rouge... on goûtera la crème d’ alose et de lamproie...en parcourant la magnifique expo des « vapeurs sur la Garonne » proposée par « In Vidéo Veritas ».

On en profitera pour inaugurer officiellement « le sarmouney »....

 

 

 

 Déjaugeage du "Sarmouney" sous l'effet de la vitesse

 

 

 

 

 

La proue fabuleuse du "Sarmouney"

 

... et bien sûr pour discuter un peu de tout et beaucoup de rien.

 

 

Cet avis tient lieu d’invitation et de convocation !




Commentaire (1 )


paul le 30 oct à 07:07
Michel, sans vouloir t'offenser...mais je pense que le "sarmouney" déjauge plutôt à cause du poids du pilote qu'en raison de la vitesse...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
10 OCT
2018
 Respect des Cultures...Culture du Respect !

Réintroduire l’ours, le saumon, l’alose...pourquoi pas…mais.... Pas que ! ...je propose de réintroduire les communes menacées de suppression, l’agriculture paysanne, le béret, de réintroduire la séparation de l’Eglise et de l’Etat en y ajoutant le séparation du sport, de la culture et des finances...et pourquoi pas de réintroduire les communistes....


Respect des Cultures...Culture du Respect !

Réintroduire l’ours, le saumon, l’alose...pourquoi pas…mais.... Pas que ! ...je propose de réintroduire les communes menacées de suppression, l’agriculture paysanne, le béret, de réintroduire la séparation de l’Eglise et de l’Etat en y ajoutant le séparation du sport, de la culture et des finances...et pourquoi pas de réintroduire les communistes....


 

 

Si vous avez des idées d’autres réintroductions possibles (et bien venues) faites-moi part de vos remarques... !!!!




Commentaire (1 )


Valérie Simon le 11 oct à 20:58
Trés cher Michel,
Je savais que tu faisais du théâtre mais je n'avais pas compris que tu donnais également dans le one man show !! On ne me dit pas tout...
Cela mis à part, je voudrai que l'on réintroduise l'ecoute et la bienveillance avec un caractère obligatoire pour tous ceux qui sont élus grâce à ceux qui ont justement besoin d'écoute et de bienveillance...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
24 AOÛT
2018
 ôôôôhhhhhhhhh... mon bateau...

« Sur la route qui nous mène...loin du monde et des problèmes...je fuis... »

https://www.youtube.com/watch?v=u6T4Id7UwVg

 

ôôôôhhhhhhhhh... mon bateau...

« Sur la route qui nous mène...loin du monde et des problèmes...je fuis... »

https://www.youtube.com/watch?v=u6T4Id7UwVg

 

 

Même si son vieux charme coquet ne laissait pas le promeneur insensible mon bateau vert...

 

 

 

une bourlingue de 3,60 m de chez Jeanneau datant de 1983) était vraiment mal en point.

Le support de moteur raccommodé au silicone menaçait à tout moment de céder ...

 

 

d’énormes fentes mal cachées par des rubans collants laissaient passer l’eau dans la double coque...

 

 

.

Mais...il flottait toujours...


Devant autant de risques, ma tendre famille, après avoir exigé le port d’une tenue de sauvetage, vient d’accepter de modifier le budget conjugal pour y inclure l’achat d’un nouveau bateau. Youpi !.... il vient d’arriver de Bretagne entouré de plastiques dans un gros semi-remorque. A peine déballé et équipé dans mon jardin, il est déjà sur la Garonne. Il aura pour nom « le sarmouney » 

 

 

 

Évidemment, juste retour des choses ... mes amis réclament une inauguration en bonne et due forme. C’est d’accord !!!... et vous serez tous avertis de la date prochainement.

Un seul petit problème... que faire de cette épave au charme discret et chargée de souvenirs ?

Si vous avez une idée, dîtes moi...ou mieux, si vous êtes bricoleur , ...je vous la donne gratuitement. Faites-en une sculpture de jardin, une armoire à linge, une piscine pour les gamins..., c’est sérieux, je vous offre gratuitement mon (vieux) bateau  à condition de lui donner une deuxième vie !



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
11 AOÛT
2018
 Le gîte de Labrouche....

A Saint Pardon de Conques, Alain et Françoise Cassagne ont eu la lumineuse idée de créer un gîte sur une aile d’une ancienne ferme rénovée devenue au fil des ans leur maison familiale https://gitedelabrouche.fr

Le gîte de Labrouche....

A Saint Pardon de Conques, Alain et Françoise Cassagne ont eu la lumineuse idée de créer un gîte sur une aile d’une ancienne ferme rénovée devenue au fil des ans leur maison familiale

 https://gitedelabrouche.fr

 

Outre le bâtiment lui-même et la qualité de l’accueil dont je ne doute pas un instant, le cadre naturel de ces lieux offre un intérêt sans pareille mesure. Nous sommes ici sous le signe omniprésent de la fraîcheur reposante de l’eau. On y trouve des sources abondantes donnant vie au ruisseau voisin « Le Carpe » sans oublier les résurgences des failles du rocher surplombant l’ancienne île de Barrau. En effet, l’eau est partout présente. Il suffit de jeter un œil sur les photos présentées par vos hôtes ou de suivre le petit trait bleu sur la carte que vous propose les propriétaires  https://gitedelabrouche.fr/z/site.php?act=4  pour aboutir en quelques enjambées au Beuve et à son embouchure sur la Garonne. Là, pour conclure votre balade pédestre parmi les aulnes et les saules, vous  découvrirez sur l’autre rive le magnifique port de Saint Pierre d’Aurillac où j’amarre mon petit bateau de pêche:

 

 



Tiens, savez vous qu’à cet endroit où venaient frayer les esturgeons, aloses et lamproies, on trouvait aux siècles anciens  de nombreux moulins à eaux (à nef sur la Garonne et au fil de l’eau sur le Beuve) sans parler du Bac de Mondiet dont il reste quelques vestiges. Ce bac permettait selon un astucieux système la traversée du fleuve pour les hommes et les marchandises grace à un filin  tendue au dessus du fleuve..

 

 



Si vous choisissez ce gîte pour y passer quelques jours, vous serez comblés car le milieu est d’une extrême richesse naturelle, historique, esthétique.... Pour vous aider à devenir les explorateurs sensibles de ce petit monde local, j’ai proposé aux propriétaires de vous offrir ma « petite encyclopédie vicinale garonnaise assortie d’historiettes pour rêver » dont Françoise Cassagne a d’ailleurs assuré la réalisation graphique.

Mais, si le temps s’y prête et/ou si vous êtes intéressés on peut aussi passer un petit moment à goûter la région par tous les pores ... en dégustant le vin sec ou rosé du château voisin ou en allant faire un petit tour sur le terrain.

J’oubliais... si vous êtes pêcheur, je peux aussi vous donner quelques tuyaux, car la région est très poissonneuse.

http://www.peche33.com/pecher-en-gironde/parcours/spots-rivieres/rivieres-sud-girondin/



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
29 JUIL
2018
 La Pétanque ou le jeu de boules provençal à la longue
La pratique de la pétanque peut être un loisir mais c’est aussi un sport qui demande réflexion, concentration et maîtrise de soi. Chacun sait que je suis un inconditionnel de ce jeu qui est aussi un lieu de rencontre...
La Pétanque ou le jeu de boules provençal à la longue

La pratique de la pétanque peut être un loisir mais c’est aussi un sport qui demande réflexion, concentration et maîtrise de soi. Chacun sait que je suis un inconditionnel de ce jeu qui est aussi un lieu de rencontre.

La pétanque est né du côté de Marseille mais attention, là-bas on pratique encore beaucoup le jeu de boules provençal « à  la longue ». Voici une rapide explication :


 

              

 

Alors, un pas à gauche ?...un pas à droite ?...trois pas en avant ?...Mais attention, que ce soit à la pétanque ou « à la longue », le jeu de boules c’est aussi un état d’esprit et un combat stratégique...en témoignent ces deux extraits :

 

https://www.dailymotion.com/video/xi5fc2

 

https://www.dailymotion.com/video/x8w970



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
27 JUIN
2018
 Port Nava'l fête la Garonne !
Je suis invité samedi 30 juin par l’Association Port Nava’l (Saint Macaire) pour animer (à 12 heures) une « conférence dégustative » lors de la fête de la Garonne...
Port Nava'l fête la Garonne !

Je suis invité samedi 30 juin par l’Association Port Nava’l (Saint Macaire) pour animer (à 12 heures) une « conférence dégustative » lors de la fête de la Garonne:

 

 

 

N’hésitez pas à venir faire un tour ou même un détour car ce sera l’occasion de passer un petit moment ensemble autour d’une approche sensible de notre fleuve. Loin de l’emphase d’une conférence, je vous proposerai une causerie curieuse pour respirer et déguster ensemble par tous les pores les richesses de la Garonne.

Je vous invite donc personnellement à assister à cette rencontre poético-écolo-historico philosophique où il sera question des jetins, d’aoubarasses, des vergnes, de coracles et bien sûr de coucibecs...

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
18 JUIN
2018
 C'est la 28ème...
C’est la 28ème édition... un bail... et pourtant chaque année, loin d’être vieillissante, elle nous rajeunit un peu plus. Elle n’est jamais la même... sauf qu’ il y a toujours  l’ombre des platanes, des saules et les vergnes, la Garonne, les fifres, le vin, des rencontres et beaucoup d’envie d’avoir encore envie !
C'est la 28ème...

C’est la 28ème édition... un bail... et pourtant chaque année, loin d’être vieillissante, elle nous rajeunit un peu plus. Elle n’est jamais la même... sauf qu’ il y a toujours  l’ombre des platanes, des saules et les vergnes , la Garonne, les fifres, le vin, des rencontres et beaucoup d’envie d’avoir encore envie !

C’est la fête  du fifre. Un grand bol d’air frais et un moment exceptionnel d’humanité. A nulle autre pareille !

Je vous invite à la rendre encore plus vivante et solidaire. Question d’urgence, de survie et d’espoir.

Je vous offre le programme à feuilleter

https://fr.calameo.com/read/003764260ee0c77ce0085

 

 

Mais surtout, n’oubliez pas (cette année plus que jamais) de passer au stand « Solidarité Al Qarara » pour partager le thé de la solidarité, feuilleter (et emporter)  le livret de contes que nous avons réalisé avec Ibrahim notre frère d’Al Qarara et de Gaza. Venez aussi déguster quelques gâteaux et participer à une initiative originale ... un jeu créatif à dimension profondément humaine que vous retrouverez dans le programme du festival : « Vivre la Palestine ».

Si les vents et les marées sont favorables, on s’y rencontrera certainement.

Cliquez sur l'image pour en savoir plus...

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
12 JUIN
2018
 Un emploi à vie...

Passant l’essentiel de mon temps auprès de mes (très) vieux parents handicapés par leur âge, je peux à loisir cogiter librement en observant la grande farandole des soignants  et/ou accompagnants qui se succèdent autour d’eux à un rythme effréné...

Un emploi à vie...

Passant l’essentiel de mon temps auprès de mes (très) vieux parents handicapés par leur âge, je peux à loisir cogiter librement en observant la grande farandole des soignants  et/ou accompagnants qui se succèdent autour d’eux à un rythme effréné.

Selon les médias marqués du sceau de la pensée dominante, ces fantassins du service public (et parfois privé d’ailleurs) seraient des privilégiés car ils bénéficient (comme les cheminots) d’un emploi à vie !

Ainsi, les tenants libéraux du nouveau monde sans âme affirment brutalement que nul ne peut travailler rentablement s’il n’a pas au- dessus de sa tête  la menace d’un boulot précaire assorti de la pression d’un manager de combat.

A l’inverse, tous ces aidants virevoltant autour de mes aïeux  sont sans aucun doute la preuve vivante que l’activité professionnelle et la notion de service public peuvent  avoir du sens avant d’être source de revenus ; la preuve vivante aussi  que la garantie d’un emploi reste source d’efficacité au lieu d’être un handicap en particulier dans les domaines aussi précieux que ceux de la santé, de l’éducation, du transport, de la gestion des territoires.

Mon papa, pourtant naufragé dans un autre monde, échange souvent avec les aidants des regards souriants et pleins de tendresse,  comme pour répondre instinctivement à leur humanité et remercier le service public de répondre présent.

Peut-être se sent-il inconsciemment solidaire de ces hussards de la République et de leur dévouement à la cause publique. C’est vrai que dans sa/ma  famille, on a toujours eu un emploi à vie. On était paysan de père en fils toute sa vie jusqu’à son dernier souffle. Cet emploi à vie durant plusieurs générations a été pour moi également une source de richesse puisqu’il m’a donné une connaissance irremplaçable de la vie sociale  intimement liée avec les ordres clairs qui nous viennent de la Terre, de l’eau, du soleil et des étoiles.

Je confesse certes que j’ai mal tourné. J’ai rompu avec une ancestrale vocation de paysan,  devenant  instituteur avec une obsession, celle de garder en permanence entr’ouverte la porte de l’ascenseur social. Partager les connaissances et les savoirs grâce à une éducation véritablement nationale...tiens, j’ai moi aussi bénéficié d’ un emploi à vie...s’il n’avait été interrompu par un mandat d’élu (communiste), beaucoup plus précaire celui-là...

 




Commentaire (1 )


danilo allue.. le 12 juin à 22:47
je lis toujours tes bulletins et chaque fois l' Humain fait surface...merci pour ce regard sur les "soignants"....et si un jour Macron devait avoir besoin...sur qu'il trouvera des femmes et des hommes au service de l'etre humain....meme s'il a manqué a leur reconnaissance...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
28 MAI
2018
 DON QUICHOTTE...
" D’ailleurs qu’importe l’histoire, pourvu qu’elle mène à la gloire.. ». 

J’ai toujours eu une passion doublée d’un infini respect pour Don Quichotte et son inséparable Sancho.....

DON QUICHOTTE...

« D’ailleurs qu’importe l’histoire, pourvu qu’elle mène à la gloire.. ».

 

J’ai toujours eu une passion doublée d’un infini respect pour Don Quichotte et son inséparable Sancho. Jusqu’à faire un grand détour il y a quelques années pour visiter les moulins de la Mancha ! S’y ajoute une admiration sans borne pour l’interprétation de Jacques Brel et Dario Moréno.

 

 

 

 

 

 

J’ai toujours rêvé de rencontrer Don Quichotte. Peine perdue sauf...sauf...que je l’ai raté de peu il y a une quinzaine de jours sur les bords de Garonne aménagés de St Pierre d’Aurillac où il a livré un combat victorieux contre la cuvette des toilettes et l’évier de plein air mis à disposition de tous  par la municipalité.

Sa lance de bois brisée gisait à côté des chiottes, témoignage de l’âpreté du combat.

Les temps des rêves et des géants serait-il donc définitivement révolu ?

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
17 MAI
2018
 Le pédiluve de Pinarguet...

Saint Pierre d’Aurillac (comme beaucoup d’autres communes) regorge d’originalité(s) trop souvent méconnues en terme de paysages, de petits monuments, de personnalités, de pratiques musicales, citoyennes et/ou associatives...

Le pédiluve de Pinarguet...
Saint Pierre d’Aurillac (comme beaucoup d’autres communes) regorge d’originalité(s) trop souvent méconnues en terme de paysages, de petits monuments, de personnalités, de pratiques musicales, citoyennes et/ou associatives... mais on trouve dans cette petite commune  un extraordinaire petit patrimoine rural que peu de personnes connaissent en particulier : le pédiluve équestre et bovin de Pinarguet :
 

 

Ce pédiluve moyenâgeux au fond de moellons est construit conjointement au lavoir. Il  mérite d’autant plus le détour qu’il vient d’être très délicatement remis en valeur par le personnel communal.

Mais qu’est-ce qu’un pédiluve ?...à quoi servait-il ? me direz vous...

Vous en saurez plus... beaucoup plus... en participant à la marche qui traversera la commune dimanche et à laquelle je vous invite (on peut s’inscrire dimanche sur place) car une surprise vous  attend....  près du PEDILUVE DE PINARGUET !




Commentaire (1 )


danilo allue.. le 18 mai à 16:39
super foto du lavoir qui a retrouvé toute sa beauté...dom que l'on ait pas pu mettre en place le "chemin des lavoirs" il y a qq années...un jour peut etre...amicalement danilo


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
12 MAI
2018
 Randonnée... Balade... Marche Solidaire...
Randonnée...marche ou balade ? Ce sera un  peu des trois dimanche 20 mai à l’initiative (et au profit) du Centre Communal d’Action Sociale de Saint Pierre d’Aurillac à partir de 16 heures...
Randonnée... Balade... Marche Solidaire...

Randonnée...marche ou balade ? Ce sera un  peu des trois dimanche 20 mai à l’initiative (et au profit) du Centre Communal d’Action Sociale de Saint Pierre d’Aurillac à partir de 16 heures... Ce sera aussi l’occasion de découvrir les merveilleux paysages d’un petit village entre « Garonne et coteaux » avec au programme, marche, dégustation, théâtre suivi de grillades avec l’animation musicale d’Anim’Eric.

 




Pour les plus curieux, je vous offre le plan de la rando...(plan marche solidaire)http://michel-hilaire.fr/upload/documents/plan-marche-solidaire-ccas.pdf . Possibilité d’un raccourci pour les vite-fatigués et ambiance et soleil assurés...Inscriptions au 0556633027 mais on peut s’inscrire sur place pour les retardataires.

Une véritable journée de remise en forme physique et intellectuelle solidaire en circuit court...

J’ai oublié...au retour...avant les grillades, je vous conseille la dégustation de vin apéritive des viticulteurs de la commune  qui sera accompagnée par les  célèbres tapas à la crème d’alose et de lamproie !!! Un concept rural garonnais qui sent les acacias en fleurs, le  printemps et les migrations. A ne pas rater, ces toasts valent à eux seuls le déplacement.

Bienvenue à tous pour cette journée de partage et de solidarité...

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
06 MAI
2018
 3 MAI 1936...1959...1968...et...2018 !

Un grand merci collectif et individuel à toutes les personnes qui m’ont souhaité un bon anniversaire sous une avalanche de poignées de main, de tapes viriles dans le dos, de grosses bises ou de clin d’œil...

3 MAI 1936...1959...1968...et...2018 !

Un grand merci collectif et individuel à toutes les personnes qui m’ont souhaité un bon anniversaire sous une avalanche de poignées de main, de tapes viriles dans le dos, de grosses bises ou de clin d’œil. Merci à tous ceux qui m’ont ainsi rappelé que le 3 mai est aussi l’anniversaire de la victoire du front populaire en 1936...et...que le 3 mai 1968 (j’avais 15 ans, calculez vous-même...) marque l’occupation de la Sorbonne et le jour des premières barricades au quartier latin.

Depuis, beaucoup d’eau est passée devant les quais flambant neufs de la bonne ville de Langon mais... est-il de plus grande leçon de vie que celle qu’Aragon ciselait en quelques mots un 3 mai 1959 dans les lettres françaises n°771.

« Je n’ai pas toujours été l’homme que je suis. J’ai toute ma vie appris pour devenir l’homme que je suis, mais je n’ai pour autant pas oublié l’homme que j’ai été, ou à plus exactement parler les hommes que j’ai été. Et si entre ces hommes-là et moi il y a contradiction, si je crois avoir appris, progressé, changeant, ces hommes-là quand, me retournant, je les regarde, je n’ai point honte d’eux, ils sont les étapes de ce que je suis, ils menaient à moi, je ne peux pas dire moi sans eux.

 Je connais des gens qui sont nés avec la vérité dans leur berceau, qui ne se sont jamais trompés, qui n’ont pas eu à avancer d’un pas de toute leur vie, puisqu’ils étaient arrivés quand ils avaient encore la morve au nez. Ils savent ce qui est bien, ils l’ont toujours su. Ils ont pour les autres la sévérité et le mépris que leur confère l’assurance triomphale d’avoir raison. Je ne leur ressemble pas. La vérité ne m’a pas été révélée à mon baptême, je ne la tiens ni de mon père ni de la classe de ma famille. Ce que j’ai appris m’a coûté cher, ce que je sais je l’ai appris à mes dépens. Je n’ai pas une seule certitude qui ne me soit venue autrement que par le doute, l’angoisse, la sueur, la douleur de l’expérience. Aussi ai-je le respect de ceux qui ne savent pas, de ceux qui cherchent, qui tâtonnent, qui se heurtent. Ceux à qui la vérité est facile, spontanée, bien entendu j’ai pour eux une certaine admiration mais, je l’avoue, peu d’intérêt. Quand ils mourront, qu’on écrive donc sur leur tombe : il a toujours eu raison..., c’est ce qu’ils méritent et rien de plus. »



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
02 MARS
2018
 La société de secours mutuel

Je continue à trier mes vieilles photos pour la postérité...Tiens, celle-ci date de mai 1911, derrière la mairie de Saint Pierre d’Aurillac...

La société de secours mutuel
Je continue à trier mes vieilles photos pour la postérité.
 
 
 
 

Tiens, celle-ci date de mai 1911, derrière la mairie de Saint Pierre d’Aurillac, dans ce qui est maintenant la cour de l’école, une belle brochette (masculine) prend la pose à l’occasion de l’assemblée annuelle de la Société de Secours Mutuel. Je reconnais Pépé Paul mon arrière grand-père.

Ils sont bien habillés mais ce ne sont pas (tous) des notables. Il y a du mélange... des propriétaires, des métayers, des ouvriers agricoles et même des journaliers. Il n’y avait pas alors la sécurité sociale, pas d’assurances en cas de maladie, d’accident, de chômage ou de difficultés financières. Quand on tombait gravement malade ou qu’il fallait se faire opérer... on vendait un bœuf ou le cheval. Quand on n’avait aucun bien, on mourrait souvent jeune. Alors ils avaient eu l’idée de fonder une mutuelle pour soulager la misère et secourir les malheureux. Chacun donnait  selon ses moyens et recevait selon ses besoins. Drôle d’idée d’avant-garde ! Cette mutuelle, ils l’appelaient la Société de Secours Mutuel. Personne n’y faisait de profit, personne n’y spéculait. Ni le maire, ni le banquier, ni le curé n’étaient  les décideurs, tout l’argent des uns allait aux autres, tout l’argent des bien portants allait aux malades, la fortune des plus aisés allait aux plus démunis et tout le monde trouvait ça normal. Ils avaient inventé la mutualité qu’ils distinguaient de la charité car chacun cotisait selon un barème. Ils tissaient ainsi au quotidien un fil invisible et profondément humain.

Après l’assemblée annuelle ils prenaient donc la pose et puis et puis après...il y avait un énorme mais énorme banquet de la Société ! La société... quel joli nom pour désigner une association !

Mais ça c’était avant ! N’empêche... n’empêche... qu’ils étaient pas cons, les vieux !



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
23 FÉV
2018
 Partage des richesses...
Pour les vingt ans de Valentin, je lui ai offert cette photo chargée (pour moi) de symboles, d’inquiétudes et de promesses...
Partage des richesses...

Pour les vingt ans de Valentin, je lui ai offert cette photo chargée (pour moi) de symboles, d’inquiétudes et de promesses.

 

 

 

 

 

Sachez que le petit garçon de la photo, c’est bien moi !!!! Je suis dans les bras de mon grand-père et aux côtés de mon père. Au  centre du cliché, les deux bœufs : Laouret (le bœuf de gauche) et Caoubet (le bœuf de droite). En effet, pour ces ruminants comme pour les piliers au rugby, il n’est pas de culture interchangeable de gauche et/ou  de droite. Pour pousser en mêlée ou pour tirer la charrue et la charrette on est soit à gauche, soit à droite mais on reste toujours à sa place car le job n’est pas le même.

Donc, un peu comme Jésus, je suis né au milieu des bœufs. Non pas à Bethléem mais au  bord de la route  de Bordeaux à Sète. D’un côté de cette voie historique, il y avait la maison du propriétaire et de l’autre côté celle du métayer. Le « bon » dieu a choisi de me faire naître du mauvais côté de la route, du côté o% il fallait travailler, suer et payer alors que de l’autre côté on se reposait, on prenait du bon temps et on engrangeait les bénéfices.

Tous les ans pour cela, le propriétaire venait rencontrer solennellement mon grand-père. En bon patron paternaliste et social, il s’arrêtait au milieu de la cour pour me pousser quelques instants sur la balançoire accrochée au grand tilleul puis il s’asseyait à la table de la cuisine où Pépé Maurice ouvrait son livre de compte avant de lui remettre respectueusement un chèque représentant  « la moitié » de notre travail et de notre récolte. (Je dis bien notre travail car dès mon plus jeune âge je mettais bien sûr la main à la pâte).

Je me suis un jour ouvert à mon grand-père de cette injustice. Il m’a dit que mon raisonnement et ma colère étaient légitimes mais que j’étais un révolté trop pressé car il faudrait du temps pour abolir le privilège de l’argent et de la naissance, plus de temps encore qu’il n’en avait fallu pour abolir la féodalité. Mais un jour viendrait selon lui où « la terre serait enfin à ceux qui la travaillent » comme le proposait le syndicat des métayers et comme le réclamaient les communistes.

Il faudrait pour cela, selon lui, mener un long travail de conviction, faire grandir les idées de justice, de liberté d’égalité, de fraternité. Il faudrait aussi organiser des solidarités concrètes, créer des mutuelles et des coopératives  mais aussi respecter les principes éternels qui nous viennent de la nature, de la terre et des nuages....Il faudrait surtout et enfin  que les pauvres et les exploités fassent bloc en élisant de bons députés honnêtes comme ceux qui avaient voté à l’unanimité à la Libération le nouveau statut du métayage .

Mon grand-père a ainsi contribué à donner un sens à ma vie en pointant du doigt l’exigence d’union mais aussi la nécessité du partage des trois grandes richesses de la République : celles offertes par la nature, celles produites par le travail des hommes et celle tirées de la connaissance.

Aujourd’hui...c’est un grand retour en arrière...les puissances financières hantent et dominent le monde. Elles agitent et animent  les spectres de la guerre alors que les humanistes sont tétanisés et plus que jamais divisés ou figés dans des configurations partisanes. Le partage n’a plus cours. Oser réclamer plus de la solidarité, oser prétendre qu’il faut refondre et refonder la réflexion et la pratique politique rend même suspect car tous les « camps » abusent de l’argument pour « mieux ne rien changer ». Pire effet de ce terrible recul.... La planète est au bord de la rupture sinon de l’explosion mais les idées dominantes  conduisent à accepter et banaliser le pire. Pire, les victimes de la cupidité universelle en viennent même à se haïr au lieu de s’entraider.

Dans un monde où tout part à la dérive...je m’accroche donc contre vents et marées à cette photo confiée aujourd’hui à mon fils.

Bien obligé...sinon...sinon... cela voudrait dire que mon grand-père, cet homme fier et droit, appuyé sur la corne du bœuf Caoubet, un aiguillon à la main se serait trompé...non c’est impossible, impensable, ridicule, inconcevable !




Commentaires ( 3 )


Mathouillot le 23 fév à 23:39
quelle chance tu as ,Michel, d'être dans les bras de ton grand-père et au côté de ton père et quelle belle leçon de vie de labeur. Je n'ai malheureusement pas eu cette chance de connaître le père de mon père,qui lui a eu une vie de militant très dure, brigade espagnole puis pourchassé par la milice française et les allemands . Décédé à 56 ans !
Beau cadeau pour Valentin, c'est bien Michel


Claude le 24 fév à 00:43
Comme tu le décris si bien, le métayage était l'exploitation même du véritable monde "le paysan", travailleurs et travailleuses de la terre, qui par leurs "labeur" donnaient à manger à leurs familles mais aussi à leurs "propriétaires" qui eux, ne vivaient que du travail des métayers.
Moi aussi j'ai vécu cette réalité du quotidien. Ca ma marqué et peut être, sûrement fait ce que je suis devenu. Tu l'a bien défini dans ton livre ces dernières années. Merci Michel de rappeler cette époque et surtout de le transmettre aux nouvelle générations.


messer le 27 fév à 08:43
Merci Michel, heureusement nous avons encore l'espérance et la mémoire pour raconter notre histoire.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
01 FÉV
2018
 Croquez à pleines dents la saison nouvelle...
Voilà venue la saison nouvelle. La nature s’éveille. Le premier signe est donné par les noisetiers ou plutôt par sa fleur mâle, le chaton repérable depuis une dizaine de jours autour de nous.
Croquez à pleines dents la saison nouvelle...
Voilà venue la saison nouvelle. La nature s’éveille. Le premier signe est donné par les noisetiers ou plutôt par sa fleur mâle, le chaton repérable depuis une dizaine de jours autour de nous...
 
 
Il parait qu’il est comestible et se marie bien avec du chocolat. C’est pas mon truc ; sorti des beignets de fleurs d’acacia, je ne sais pas faire...mais bon...pourquoi pas des chatons au chocolat ?

http://www.nature-obsession.fr/consommation/chatons-noisetier-au-chocolat-recette-printemps.html

 

Par contre, je suis un pratiquant des baraganes (poireaux sauvages) et des pissenlits....

 

.

Croyez moi, c’est le moment de vous jeter sur ces plantes de saisons, elles sont au top question goût. Les pissenlits de Garonne, délicatement nettoyés...

 

 

peuvent être accommodés selon l’humeur avec d’autres produits locaux...pour moi c’est plutôt foie et gésiers de volaille avec un œuf de Brigitte et de l’huile d’olive de Palestine...

 

 


Pour la baragane, j’adore l’incorporer dans des tartes ou plutôt disons des quiches avec quelques lardons de ventrêche fumée (par mes soins)....

 

 

Ce soir, c’est la totale...pour le repas du soir, Martine a accepté ma proposition : préparer une quiche aux baraganes sur un lit de pissenlits avec à la clef un petit verre de rosé de nos coteaux.

 


 

 

 Ça, c’est un truc que les bôches n’auront pas ! » aurait dit mon grand-père. La guerre est finie...il n’empêche ...il n’empêche que « Ça, c’est un plaisir que Macron,  le président des riches n’aura jamais ! »



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
22 JAN
2018
 L'inondation
Depuis juin 2013, la Garonne n’avait pas fait ainsi le gros dos et n’avait plus recouvert la route du port. C’est donc le baptême du feu (humour !!) pour mon ponton...
L'inondation

Depuis juin 2013, la Garonne n’avait pas fait ainsi le gros dos et n’avait plus recouvert la route du port. C’est donc le baptême du feu (humour !!) pour mon ponton :

 

Je croise les doigts. Va-t-il résister ?

Si vous avez un peu de temps de libre allez donc saluer la Garonne, c’est toujours instructif, sage et impressionnant de s’imprégner ainsi des colères de la nature.

On dépasse en effet, ce 22 janvier, les 4 000 M3 secondes alors qu’au cœur de l’été, je m’inquiétais du débit inférieur à 100 M3 secondes !

Alors finalement ... tant mieux !!! Les nappes alluviales remontent, se reforment et se rechargent, le bouchon vaseux de l’estuaire recule devant la force des eaux venu des montagnes, les terres s’enrichissent d’alluvions, la vie du fleuve renaît à la vie...mais... faudrait pas exagérer quand même... !!

On dépasse en effet ce soir largement les 7 mètres au dessus de l’étiage. Attention braves gens !!! A 7,80 mètres la route des bords de Garonne  sera coupée sur le pont du Mérigon. Donc, prudence !!! A 8 mètres la route du Port sera coupée. Ne laissez pas vos véhicules garés là !!! A 8,60 m le terrain de pétanque baigne et chacun sait que les boules ne flottent pas !!! Et à 9,20 mètres vingt...l’eau atteint le poste de refoulement de l’assainissement route de la Carreyre. A « 9 mètres l’eau rentre chez la Chicarde ! » disaient les anciens en souvenir de la maison d’une vieille femme qui habitait sur les lieux de cette station et qui « chiquait du tabac » dans les années 1900.

A 11,30 mètres la route départementale (ex RN 113) est coupée. Alors là ! Bonjour les dégâts... on arrive aux  records du 28 juin 1875*, du 6 mars 1930 et du 6 février 1952...où une bonne trentaine de maisons de Saint Pierre d’Aurillac sont sous les eaux !

Heureusement on n’en n’est pas là ! 

*C’est en juin 1875 (le grand aygat de la St Jean) que Mac Mahon de passage à La Réole pendant l’inondation prononça ces célèbres paroles « Que d’eau ! Que d’eau ! ». Ce à quoi le préfet de la Gironde (ou peut-être était-ce celui de La Réole ou... de Langon) rajouta ces paroles toutes aussi historiques et brillantes :« Et encore vous ne voyez que le dessus ! »

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
29 DÉC
2017
 Le ciel m'est tombé sur la tête...

Avec l’arrivée de la première palombe, le ciel m’est tombé sur la tête. Pour résumer, 4 hospitalisations de mes proches (fils, épouse, père et mère) avec 3 opérations à la clef...

Le ciel m'est tombé sur la tête...
Avec l’arrivée de la première palombe, le ciel m’est tombé sur la tête. Pour résumer, 4 hospitalisations de mes proches (fils, épouse, père et mère) avec 3 opérations à la clef.

Rassurez- vous, à ce jour tout le monde est vivant quoique... en plus ou moins bon état.

Mais depuis le 26 décembre, les jours rallongent... je reprends un peu espoir même si chacun sait que les emmerdements volent souvent en escadrille.

Je me risque cependant à pointer le bout du nez... en vous souhaitant à toutes et à tous

une bonne année 2018

De tout cœur, de bon cœur !

 

Oui, je sais... ça ne va pas être simple ! je mesure chaque jour combien, « dans notre société », la colère ambiante est forte et pas forcément bonne conseillère. Les institutions sont complètement discréditées et le partage n’a plus cours. Le mensonge et la manipulation deviennent trop souvent la règle. Nombreux sont ceux qui banalisent les violences et la guerre, envisageant presque sereinement la destruction du monde qu'elle soit d’ordre militaire, économique, sociale, écologique....

J’en frémis tous les jours quand les fauves recommencent à gémir sinon à mugir.

A l’inverse, j’ai vécu aussi ces derniers temps quelques signes qui ne trompent pas. Le sourire  d’une infirmière et d’une jeune chirurgienne réconfortant une opérée qui reprend aussitôt  miraculeusement  les couleurs de la vie. La douceur  d’un enfant  désespérément accroché aux basques du Père Noél Vert du Secours Populaire et murmurant un merci à son oreille avec à la clef une demande de «  bisou » pour ajouter encore et encore un peu de bonheur à son  bonheur. Sans compter l’inoubliable moment où la main réconfortante d’un fils se pose sur l’épaule d’un père submergé un court moment par le désespoir. J’oserai même vous raconter le regard plein de tendresse d’un épagneul  breton fourbu de rhumatismes mais débordant d’humanité. Comme un bouquet à ce feu d’artifice de Noël, j’ai gravé pour toujours dans ma mémoire l’éclat de rire d’un ancêtre jouant au ballon à la maison de retraite et qui se rappelle d’un seul coup qu’il a été capitaine de l’équipe fanion de football des Bleuets.

Je ne sais si tous ces produits sont comptabilisés dans le PIB ni s’ils sont inscrits dans la nomenclature de l’Indice National du Bonheur. Pourtant ils donnent une infinie valeur à la vie.

Alors, à l’heure où le mal rôde, où l’homme menace parfois de redevenir une bête, je vous offre pour cadeau de nouvelle année cette vieille légende amérindienne...

 

L’histoire du Loup Blanc et du Loup Noir

C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de bonnes questions.

Un jour, il va voir son grand-père considéré comme le vieux sage du village.

Il lui demande « Dis-moi, Grand Père, qu’est-ce qu’un Homme ? »

Alors son grand-père, avec ses mots, l’emmène en voyage. Il lui parle de territoires immenses, connus et inconnus, des loups qu’on y trouve.

Il lui raconte le loup noir, sombre, manipulateur, envieux, colérique, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat avec les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue.

Il lui raconte aussi le loup blanc, accueillant, équitable, joyeux, solidaire et fraternel. Pacifique, lucide, il protège les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.

Puis il lui dit : « Tu vois, l’Homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter. »

L’enfant réfléchit et lui demande : «  … et c’est lequel qui gagne ? »

Alors, le vieux lui répond doucement :

« Celui qui gagne, …… c’est celui que tu nourris. »

 

Je nous souhaite donc pour 2018 à toutes et à tous de rester ou de devenir des Hommes et de nourrir sans retenue le bon loup !




Commentaires ( 3 )


danilo allue.. le 30 déc à 00:20
il serait bien qu'en.. 2018 ,devant un verre ou deux...nous "refaisions st pierre" le regard vers l'horizon....le monde cruel nous envahit et devons continuer à faire face...amicalement...danilo


Moni33 le 30 déc à 09:19
Bon courage,Michel!J;'espere sincèrement que le ciel de 2018 Sera plus bleu pour la famille Hilaire!Je sais aussi que pour le vieux...pardon!le militant des nobles causes que tu es tu es toujours prêt à avancer!Je vous embrasse tous!


Deletrez Patrick le 30 déc à 09:57
Tes mots rendent le ciel plus léger et c'est bien moins douloureux sur notre tête....belle année d'espoirs pour toi et .....les autres


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
21 OCT
2017
 André DUPONT

Tous les matins depuis des années, chaque jour, je croisais André Dupont sur les bords de Garonne. Je vous avais  d’ailleurs par le passé  proposé un billet pour vous raconter mes rencontres matinales avec cet homme et son compagnon, un setter couleur feu....

André DUPONT

Tous les matins depuis des années, chaque jour, je croisais André Dupont sur les bords de Garonne. Je vous avais  d’ailleurs par le passé  proposé un billet pour vous raconter mes rencontres matinales avec cet homme et son compagnon, un setter couleur feu.

http://michelu.elunet.fr/index.php/post/02/09/2013/Andre-Dupont

Ajoutons qu’André avait  accepté d’être un des "trois hommes sur le bord de l’eau"  dans mon encyclopédie vicinale garonnaise.

 

 

 

 

 

André Dupont nous a quitté en tout début de semaine. La veille encore, nous nous étions salués comme tous les matins d’un petit signe de la main, sur la route du bord de l’eau. Quand il a senti la vie le quitter, André, après avoir appelé les secours  a téléphoné à Lucienne son amie de promenade pour lui demander d’une voix à peine audible de prendre soin de son  nouveau et jeune compagnon, un magnifique setter anglais.

Ce matin, en me promenant avec Léon au bord de l’eau, nous avons croisé Lucienne accompagnée du chien d’André. Nos deux compères à quatre pattes se sont avancés l’un vers l’autre et ont croisé leur encolure restant immobiles de longs instants. Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit au creux de l’oreille et je crois que je ne le saurai jamais...bien que ...bien que...je sois prêt à parier qu’il était question d’André et de la Garonne.

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
15 OCT
2017
 Langon... prix de l'essence... c'est la guerre...
A Langon, la plus-part du temps, les prix de l’essence sont les mêmes chez les principales enseignes des supermarchés. La concurrence ne fait guère baisser les prix dans notre bonne sous-préfecture !
Langon... prix de l'essence... c'est la guerre...
A Langon, la plus-part du temps, les prix de l’essence sont les mêmes chez les principales enseignes des supermarchés. La concurrence ne fait guère baisser les prix dans notre bonne sous-préfecture !
 
 

                          
 


Mais, surprise... ce vendredi matin, au moment de faire le plein... c’est la guerre !!!! Une enseigne était moins chère de 0,003 euros (trois millièmes d’euros) sur le gasoil.   Ce miracle de l’économie de marché m’a permis de gagner 12 centimes d’euros en faisant le plein de ma Némo. Donc, si j’ai bien calculé, au bout de40 pleins par mois, j’aurai donc récupéré  5 euros. De quoi me rembourser la baisse prévue par le gouvernement  sur l’allocation logement de mon fils étudiant.

De la même manière, à coup de 12 centimes par 12 centimes,... au bout de 280 pleins en janvier,  j’aurai récupéré les 34 € que Macron va me prélever en augmentant la CSG sur ma retraite.

Alors vive la concurrence qui sauve notre pouvoir d’achat !




Commentaire (1 )


JEAN CORBANESE le 16 oct à 07:57
et donc, plus tu roules, plus tu économises...CQFD


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
08 OCT
2017
 Le noyer d'Amérique : du Mississippi au bord de la Garonne
Beaucoup de personnes m’interrogent depuis quelques jours sur les fruits tombés des arbres de la forêt des bords de Garonne...
Le noyer d'Amérique

Beaucoup de personnes m’interrogent depuis quelques jours sur les fruits tombés des arbres de la forêt des bords de Garonne

 

Il s’agit de noix mais...de noix d’Amérique issues du « juglans nigra »



Ce noyer noir cultivé pour la très grande qualité de son bois est issu des Etats Unis d’où il a été introduit dans les années 1630)

http://www.futura-sciences.com/planete/definitions/botanique-noyer-noir-9823/

Ces noix sont comestibles mais il est très difficile de briser leur coque et leur coquille.

http://mangercru100brut.com/cueillons%E2%80%A6-des-noix-damerique/

La forêt des bords de Garonne de Saint Pierre d’Aurillac est composée de frênes, de noyers communs et de noyers d’Amérique plantés dans les années 80 suite à un remembrement qui a permis de mettre en valeur ces lieux inscrits à l'inventaire des sites pittoresques du département de la Gironde depuis 1978 sous le nom « site des Jetins ».

Né avant même qu’il soit question « d’écologie », le souci de l’environnement est à Saint Pierre d’Aurillac une tenace tradition.

 




Commentaires ( 3 )


André THEVENIN le 10 oct à 07:55
Le souci de l'environnement a quand même des fois été tout relatif.
Je me souviens des épandages de DDT sur les bords de Garonne avant les fêtes du PC (ce qui ne nous rajeunit pas quand même). :-)



Hilaire le 11 oct à 05:02
Je ne sais pas quels produits utilisait le PCF il y a trente ans pour combattre les moustiques mais en tant que Conseiller Général (communiste) j'ai participé à cette lutte à travers l'Entente Interdépartementale de Démoustication avec des produits bio (ça existe!) https://www.eidatlantique.eu/...
Par contre je sais quel produit fabriqué par Monsanto utilisaient à la même époque les USA pour combattre les communistes: c'était l'agent orange .... pas du tout bio ni écolo!


André THEVENIN le 12 oct à 17:55
Les quelques neurones qui me restent ont bien mémorisé le DDT.
Mas heureusement les temps ont changé, les vietnamiens se sont débarrassés de l'armée américaine et on utilise des produits bio pour se débarrasser des moustiques.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
24 SEPT
2017
 Quand ta grand-mère était en maternelle...
Je vous offre une nouvelle photo inédite que m’a confiée Jean-Claude  Saint Marc, un ami de l’école communale que j’ai connu il y a 50 ans alors qu’il gardait les trois vaches de son père sur les bords de Garonne un livre dans ses mains pour bosser ses cours préparant sa future école d’ingénieur et que je viens de retrouver (toujours à Saint Pierre d’Aurillac) dans le lumineux empire des joueurs de pétanque catégorie vétérans...
Quand ta grand-mère était en maternelle...

Je vous offre une nouvelle photo inédite que m’a confiée Jean-Claude  Saint Marc, un ami de l’école communale que j’ai connu il y a 50 ans alors qu’il gardait les trois vaches de son père sur les bords de Garonne un livre dans ses mains pour bosser ses cours préparant sa future école d’ingénieur et que je viens de retrouver (toujours à Saint Pierre d’Aurillac) dans le lumineux empire des joueurs de pétanque catégorie vétérans...

Un cadeau pour tous les petits de maternelle de notre magnifique école (toujours publique) en leur rappelant que leur grand-mère et leur grand-père ont été aussi en maternelle en 1955 ;  en témoigne cette photo prise sur les marches de la mairie... puisque l’école était (pour la dernière année) encore dans la mairie... !!!!

 


 

 

1er rang : Jacques Segrestan. Danièle Coussot. Dany Darroman. Bernard Castaing. Marie Lise Cazaux. Nicole Seyrac. Bernard Dieuxyssie. Raymond Lartigue.

 

 

2eme rang : Maryse Garrelis. Régine Queyron. Martine Dufau. Martine Bourricaud. Marie José Dejean. Monique Lagrolet. Yves Fleury.Jacqueline Segrestan. Dominique Lagorce.

 

 

3 ème rang : Flore Panetier. Josette Marmotin. Jacques Lagrolet. Guy Balade. Jean Clouchard. Jacques Gallice.

 

 

4 ème rang : René Fleury. Martine Vincent. Jacky Dauvin. Monique Ramillon. Michel Marmotin.Monique Detrieux. J.C Saint Marc. François L'héritier. André Lafue. Jacqueline Couthures. Alain Cazenave



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
20 SEPT
2017
 Pourvu qu'il pleuve !
Cet été, la Garonne a soif, terriblement soif ....
Pourvu qu'il pleuve !

Cet été, la Garonne a soif, terriblement soif !

A Langon, plus besoin de passerelle, on traversera bientôt le fleuve à pied ...

 

 

 

 

A Saint Pierre d’Aurillac, d’énormes plaques rocheuses apparaissent au milieu du fleuve !

 

 

 

 

 

A Barie, entre les rochers ( rive droite) et les galets (rive gauche) la Garonne ressemble à un torrent de montagne et pourrait être franchie à gué...

 


 

 

Du jamais vu ! il y a vraiment de quoi être inquiet.

 Cependant ni la presse, ni les « pouvoirs publics, ni  le « monde politique » n’en parle. Le citoyen garonnais pourrait en conclure qu’il n’ y a pas péril en la demeure  à moins que « La maison brûle et que nous  regardions ailleurs »comme le disait Chirac à Johannesbourg le 2 septembre 2002.

Le riverain à peine averti que je suis ose cependant poser la question : « Jusqu’où la Garonne va-t-elle baisser et quelles peuvent en être les conséquences ».

Un document de 2014 de l’agence de bassin nous donne une partie de la réponse en prévoyant une réduction de moitié du débit . Il renvoie cependant très poliment le désastre à 2050 et en limite les causes au  réchauffement climatique et à une « baisse naturelle » !!!!

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/grands-dossiers/la-garonne-2050.html

Osons alors sortir des sentiers battus en émettant quelques hypothèses et en posant des questions claires :

         1)N’est-on pas depuis quelques dizaines d’années en train d’exploiter la Garonne (et les nappes qui l’alimentent) à crédit, c'est-à-dire en prélevant plus d‘eau qu’elle ne peut et pourra en collecter et donc en fournir ?

          2) Savez-vous que l’on maintien chaque année l’étiage du fleuve en achetant déjà en amont plusieurs dizaines de millions de M3 d’eau à EDF ?

       3) Mais  savez-vous que cet été, on a très souvent frôlé sinon dépassé  le « débit d’alerte », un seuil préoccupant en dessous duquel on considère « qu’une fonction ou activité du fleuve est compromise » ?

    4)  Savez- vous enfin que le risque est réel d’une « défaillance du stock » qui empêcherait  d’alimenter le fleuve en amont, précipitant ainsi la baisse ?.

Certes les pluies légères de cette  dernière semaine et la baisse des températures viennent d’éloigner pour quelques jours les risques d’une très grave défaillance qui se situent cependant entre 20 à 30% de probabilité : http://www.smeag.fr/bulletin-quotidien.html

Alors, pourquoi se voiler les yeux et  pourquoi un tel silence sur les  conséquences à très courts termes de cette baisse historique du niveau de l’étiage du fleuve ?

Le risque est aujourd’hui important d’une prochaine perte de la capacité d’épuration de la Garonne condamnant faune et flore, sans parler de la centrale de Golfech qui a besoin des eaux du fleuve pour refroidir ses tours, sans parler non plus de l’approvisionnement en eau potable d’une ville comme Toulouse... c’est bien tout l’équilibre environnemental, économique et sanitaire de l’Aquitaine qui est en jeu.

Ajoutons un nouveau phénomène lié à la baisse du niveau d’étiage, celui d’une eutrophisation galopante des eaux du fleuve, témoin le développement d’algues photographiées ci-dessous en aval de La Réole.

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/eau-et-activites-economiques/agriculture/les-risques-de-pollution-lies-a-l-agriculture/pollution-par-les-nitrates-et-le-phosphore.html

 


 

 

Parlons vrai ! Le réchauffement climatique a bon dos pour continuer à exploiter sans frein la nature et insulter l’avenir tout en multipliant les colloques et les études  sur les « chantiers de la biodiversité » et les « scénarios pour anticiper les enjeux ».

Beaucoup de « responsables  politiques et administratifs » comptent aujourd’hui sur les pluies de septembre et octobre pour que le ciel nous protège cette année d’une catastrophe annoncée. Mais pour combien de temps ?

Ne serait-il pas enfin temps de prendre le mal à la racine enfin d’envisager d’autres modes de production, de consommation, de gestion économe des eaux ?

Un seul exemple...savez-vous qu’il faut en effet à 15 tonnes d’eau pour produire 1 kg de bœuf . A ce tarif-là, si tous les habitants des « pays civilisés » se jettent sur les entrecôtes au rythme d’un chasseur de palombes (dont je suis !) au mois d’ octobre,  le manque d’eau sera inéluctable et intenable à court terme, sauf à mettre en œuvre d’autres modes de production et de consommation et.... pourquoi pas demain redonner de l’herbe aux vaches au lieu du maïs dont la culture est trop  gourmande en eau et en « intrants polluants. » J’avoue même que le gascon que je suis n’exclue plus à ce jour, si c’est le prix à payer,  de modifier ses habitudes alimentaires et de limiter la viande de bœuf aux circonstances exceptionnelles associatives ou familiales.

Il est temps de réagir ! Le désastre annoncé n’est pas naturel, il vient de la main de l’homme. Il suppose un engagement, une réflexion  et un effort individuel incontournable. Il suppose aussi un changement des règles et des lois et un engagement collectif, politique, institutionnel, (en particulier de la PAC européenne) sinon la soif de rendements à tout prix règnera en maître, pillant sans vergogne les richesses naturelles, empruntant même à crédit aux générations à venir.

Si tout devait continuer comme avant...on pourrait alors  légitimement parler de « suicide durable »...ou même... de «  crime durable » ? ...

 

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
31 AOÛT
2017
 Passons aux choses sérieuses
Fin du mercato, Loi travail XXL, ouverture de la chasse, effondrement des sondages présidentiels, achats de fournitures scolaires, premières brumes du matin sur la Garonne et premiers grêlons sur les coteaux...
Passons aux choses sérieuses

Fin du mercato, Loi travail XXL, ouverture de la chasse, effondrement des sondages présidentiels, achats de fournitures scolaires, premières brumes du matin sur la Garonne et premiers grêlons sur les coteaux... tout ça, camarades, sent la fin d’une histoire estivale un peu échevelée et pourtant si délicieuse.

Dès ce week-end, il va falloir retourner aux choses sérieuses avec les Epiciers de la Benauge.

 

 

 

 


 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
21 AOÛT
2017
 Mes travaux d’Hercule...
Faute de pouvoir partir en vacances, je continue mes travaux d’Hercule...
Mes travaux d’Hercule...

Faute de pouvoir partir en vacances, je continue mes travaux d’Hercule. Après la construction d’un poulailler pour Brigitte et Julie....

 

j’ ai décidé de mettre de l’ordre dans mon bureau, ce qui n’est pas sans rappeler le 5ème exploit d’Héracles.

https://mythologica.fr/grec/heraclet05.htm

J’ai donc, à cette occasion, retrouvé mille et un trésors qui pourraient intéresser quelques-un d’entre vous.   Voici le premier que je publie aujourd’hui... c’est une photo souvenir de l’école primaire (offerte par Jean-Claude Saint Marc !)

 

 

En fait, élève de Cours Moyen, j’avais été bombardé en Fin d’Etudes compte-tenu de mes (brillants) résultats et je côtoyais alors les candidats au « Certificat » qui avaient trois ans de plus. Donc les jeunes gens que vous voyez à mes côtés sont aujourd’hui beaucoup plus vieux que moi !

Vous me reconnaitrez  facilement avec mon allure de jeune  communiant qui ferme les yeux pudiquement... je suis le petit en haut à gauche !!!!! à peu pr7s à la même place que j’occuperai 45 ans plus tard au Conseil Général.

Pour les autres élèves, je vous ai mis les noms afin de vous éviter de chercher trop longtemps... »


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
21 JUIL
2017
 ABEL

Vous connaissez tous Abel, le héros de ma « Petite Encyclopédie Vicinale Garonnaise ».

Abel se rappelle également à votre bon souvenir par de mémorables dictons gascons dont le plus célèbre reste : « les vaches ont du lait et les tôles aussi »....

ABEL

Vous connaissez tous Abel, le héros de ma « Petite Encyclopédie Vicinale Garonnaise ».

Abel se rappelle également à votre bon souvenir par de mémorables dictons gascons dont le plus célèbre reste : « les vaches ont du lait et les tôles aussi ». Peu d’intellectuels fussent-ils originaires de Langon ou de la métropole bordelaise ont à ce jour décelé la profondeur de cette pensée*.

 

Abel m’a aussi raconté (je suis en train d’en faire d’ailleurs un recueil) les histoires gasconnes de son grand-père... qui s’appelait d’ailleurs Abel, comme lui.

Le grand-père d’Abel, donc, habitait Sainte Croix du Mont et possédait une race de « fanchettes » très musclées avec lesquelles il labourait ses terres même les plus pentues car ces poulettes étaient très costauds et surtout vaillantes ! 

Pendant l’occupation allemande, le grand-père d’Abel, manquant de nourriture raconte qu’il fût obligé d’en abattre une pour survivre. Il en donna même la moitié à la « cantine scolaire » et les enfants purent manger ainsi une bonne semaine tandis que sa famille réussit à se nourrir près d’un mois avec les deux cuisses dont il garda d’ailleurs les os pour refaire les deux poutres maitresses du cuvier.

Pour ceux qui auraient encore un doute... Abel vient de me faire parvenir une vieille photo de son grand-père labourant dans les palus de Sainte Croix du mont avec une de ces fameuses fanchettes.

https://scontent-mad1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/19875252_1362028327238010_5941056321292294515_n.jpg?oh=7e8812bd0dc94bc99acbceeaf36ecac6&oe=59CE4EA9

 

*Les tôles ondulées ...ont du lait...ça y est ?



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
16 JUIL
2017
 Le joueur de fluteau...

J’ai été par arrêté du préfet en date du 17 février 2016 nommé Maire Honoraire. A quoi cela peut-il bien servir, me/se demandent beaucoup d’entre vous ?.....

Le joueur de fluteau...

J’ai été par arrêté du préfet en date du 17 février 2016 nommé Maire Honoraire.

A quoi cela peut-il bien servir, me/se demandent beaucoup d’entre vous ?

Finalement...à rien ! puisque, comme l’a bien précisé le maire dans son discours, ce titre « ne confère aucun pouvoir, aucune prérogative, particulière ni aucun avantage financier » (discours maire extrait).

C’est d’ailleurs pour cela que je l’ai accepté, comme un immense pied de nez à tous ceux qui ne font les choses que « par intérêt ».

Et puis, maire honoraire, est une chose... mais maire honoraire de Saint Pierre d’Aurillac, cela en est une autre. Maire honoraire d’une commune atypique qui défie les lois de la gravité politique universelle par son côté politico-écolo-socio-culturel imprévisible ! Maire Honoraire, d’une commune qui donne du sens au mot commune !

Sur la « médaille » qui m’a été remise, un pur et merveilleux visage de femme avec trois mots : « Liberté, Egalité, Fraternité »

 

 

 

 

 

 

En l’ouvrant, je n’ai pu m’empêcher de penser en silence... « liberté, égalité... si t’as du blé... sinon tu n’es RIEN ! »...

Et puis, surtout, cette formidable et inutile distinction m’a été remise à l’occasion du festival des fifres. Le festival ! Une fête en forme de parenthèse. Un court instant qui vient assécher brutalement la cascade des vassalités quotidiennes. Un extrait prémonitoire d’un monde à venir. La preuve indélébile qu’un autre monde est possible.

 

 


Sous les applaudissements, j’ai croisé des regards connus et inconnus, familiers ou anonymes, celui de mes amis et bien sûr celui de ma famille.  Et la chanson de Brassens m’est revenu à l’esprit... » Le petit joueur de fluteau




Commentaire (1 )


Claude le 16 juil à 18:50
Michel, c'est avec beaucoup d'humilité que tu as reçu cette médaille, mais aussi avec la pensée que tu garde dans ta tête et dont, part moment, tu fait profiter tout ceux que tu rencontres, je veux parler de l'immense travail et apport que tu a fait pour ta commune et ses habitants et quelques fois, au delà de ton territoire, lors des nombreuses luttes ou tu a participé collectivement.
Merci Michel et je me joint à ceux qui ton remis cette médaille, pour te féliciter.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
18 AVR
2017
 La conférence clandestine... cuvée 2017...
C’est le printemps. Le monde de la Garonne n’en finit pas de se réveiller. La vigne débourre.  Les premières aloses sont de retour, les saumons remontent à la pelle et les lamproies sont déjà passées en grand nombre...
La conférence clandestine... cuvée 2017...

C’est le printemps. Le monde de la Garonne n’en finit pas de se réveiller. La vigne débourre.  Les premières aloses sont de retour, les saumons remontent à la pelle et les lamproies sont déjà passées en grand nombre.

Le cri du "coucut" résonne de nouveau sur les bords de la Garonne. L’angélique s’élance sur les bords du fleuve, la glycine  odorante grimpe le long des murs du bourg  et  quelques baraganes se balancent au milieu des "règes" de merlot.

Le moment est venu pour les pêcheurs d’anguilles de ramasser des talos pour appâter les bourgnes pendant que la grande astoure veille sur le printemps garonnais, décrivant de grands cercles philosophiques sur les Jetins.

Il est donc grand temps pour Miqueou le sarmouneï (cet espèce de  meï-meï qui s’habille tous les jours en dimanche !) et pour la Simone, (la reine de Garonne toujours en forme olympique même si un charron castamé  lui a foutu la cagueïre !) de proposer leur conférence clandestine poético-vicinale mise en scène par les Epiciers de la Benauge sur le thème de la Garonne.

 

 

Ce spectacle sera sans nul doute  un grand moment printanier de retrouvailles pour tous les amoureux du fleuve mais aussi un plaisant moment d’éducation populaire formatrice pour (dixit Simone) tous les « petzouilles de la nécropole bordelaise qui roumèguent du chingon et s’engraissent au mac-do ».

Qu’on se le dise ! La conférence sera donnée samedi 29 avril au restaurant scolaire de Saint Pierre d’Aurillac à 20H30, au profit de l’antenne du Secours Populaire de Saint Pierre d’Aurillac (spectacle « au chapeau »). N’oubliez surtout pas de vous inscrire ( m.hilaire@wanadoo.fr) car le nombre de place est limité.

 

 

 

Pour tous ceux qui ne sont pas libres le 29 avril  le spectacle sera aussi donné à d’autres dates et dans d’autres lieux notamment  les 30 avril (avec une intéressante dégustation à la clef des saveurs de la  Garonne) mais aussi le 20 mai dans un lieu encore secret et clandestin qui ne sera communiqué que par bouche à oreille à des spectateurs discrets et sûrs!.

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
28 MARS
2017
 Humanité
Puisque les mots donnent du sens aux choses, il ne faudra jamais laisser le mot « HUMANITE » dans les mains des voleurs d’avenir...
Humanité

Puisque les mots donnent du sens aux choses, il ne faudra jamais laisser le mot « HUMANITE » dans les mains des voleurs d’avenir.

C’est cette HUMANITE vertigineuse que je viens de côtoyer durant quelques jours auprès de mon ami Ibrahim Kashan, un  militant et poète palestinien de Gaza. Il réalise l’exploit de décortiquer avec tendresse la tragédie du quotidien dans sa prison à ciel ouvert à travers 15 contes dont nous venons de tirer un livret que je tiens à votre disposition.

Ses contes ont rencontré un succès phénoménal chez les enfants du Centre de Loisirs de Saint Pierre d’Aurillac comme auprès de ceux de l’école de Fargues où Ibrahim les racontait en arabe et l’un d’entre nous en français.

Quel conte préfères- tu demanda Ibrahim aux enfants ? Stupéfiante réponse de l’un d’entr’eux :« Moi, je les aime tous parce qu’en fait ce que j’adore et préfère, c’est votre langage ! »

Pour témoignage de ces moments, je vous propose les photos de famille qui ont servi de conclusion de ces deux moments de paix :

 

 

 

Enfants du Centre de Loisirs de St Pierre d'Aurillac

 

 

 

 

 

Enfants de Fargues

 

 

 

....suivis le lendemain d’une réponse des enfants de l’Association pour le Développement Humain d’Al Qarara :

 

 

 

 

Comme qui dirait un bol d’air frais et pur en pleine campagne présidentielle ou un merveilleux cadeau de  Noël arrivant aux premiers jours du printemps alors que l’on ne l’attendait plus...

https://www.youtube.com/watch?v=PnHmE5xtx8o




Commentaire (1 )


Claude le 29 mars à 16:57
Et oui Michel, en ce printemps, une fenêtre ouverte sur l'Humain de l'Humanité ne peut que nous réjouir pour nos enfants ...


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
20 MARS
2017
 GAZA, ça conte pour nous !
L’énorme succès des contes d’Ibrahim a conduit l’association Solidarité Al Qarara à éditer un livret grâce à l’aide des municipalités de Saint Pierre d’Aurillac et de Fargues de Langon...
GAZA, ça conte pour nous !
L’énorme succès des contes d’Ibrahim a conduit l’association Solidarité Al Qarara à éditer un livret grâce à l’aide des municipalités de Saint Pierre d’Aurillac et de Fargues de Langon.

Voici la première et la dernière page :

 

 

 

Entre ces  deux pages, 15 histoires en arabe et en français et de magnifiques dessins de Manou.

Son prix est « libre ». Si vous en voulez un exemplaire, dites-me le vite, très vite... pour que Ibrahim puisse (r)amener toutes vos participations à Gaza au plus grand profit de l’Association pour le Développement Humain qui conduit une action au quotidien avec les familles (et les enfants en particulier) pour faire reculer les traumatisme de guerre.

Allez..... en cadeau quelques photos de son séjour :

 

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
24 FÉV
2017
 Souvenirs... ma rencontre avec Jacquard...
Toujours des souvenirs des années 80. Je viens de retrouver la vieille photo jaunie d’une rencontre mémorable qui m’a beaucoup marquée...
Souvenirs... ma rencontre avec Jacquard...

Toujours des souvenirs des années 80. Je viens de retrouver la vieille photo jaunie d’une rencontre mémorable qui m’a beaucoup marquée. J’avais invité sur les bords de Garonne les chômeurs du Sud-Gironde à un repas rencontre avec deux « monuments » : Jean Lafourcade, le maire d’alors et le professeur Jacquard. Je me rappelle que l’APEÏS (Association de chômeurs et précaires) avait été de la partie ainsi que le Parti Communiste et le CCAS de la commune. Pour l’anecdote... nous avions préparé un repas au prix coûtant à 5 francs (moins de 1 euro). Il y avait de l’alose et des pommes de terre. Un grand moment d’échange et d’humanité avec ces deux personnages et les personnes privées d’emploi. Et  puis, simplement, une rencontre à bâtons rompus, assis sur un banc sous la halle au bord du fleuve.

 

 

Les propos et l’approche de Jacquard restent aujourd’hui d’une profonde actualité. Je vous propose une courte vidéo et un petit extrait de son livre « réinventons l’humanité ».

 

https://www.youtube.com/watch?v=9v9updAv018

 

 

Sartre nous dit : « L’homme est condamné à inventer l’homme… »

 

Or l’homme n’est en rien « condamné » à la pratique d’humanité.

 

Qu’est-ce qu’être humain ? Faire partie, si nous l’acceptons, de l’unique forme du vivant capable d’inventer l’humanité. L’humanité reste une adhésion. Un choix collectif. Un défi sans cesse relevé depuis que l’homme est homme : celui d’innover.

 

Une humanité sans fraternité est sans doute concevable. Durerait-elle seulement deux générations ? Une humanité pratiquant l’humanité exerce la fraternité. Là est notre spécificité

 

Nous ne sommes pas n’importe quelle espèce sexuée. Nous sommes, génération après génération, confrontés à la question soit de nous inventer en fraternité, soit de nous effondrer en une espèce parmi d’autres.

 

L’avenir de l’espèce humaine dépend de la richesse de ses échanges.

 

Nous ne sommes en rien des objets soumis à quelque destin, mais des passagers conscients et mortels, agissant sur cette planète. Nous sommes des dépositaires et passeurs d’expériences, de savoirs, échangeant en projections leurs questionnements, leurs ambitions, leurs idées, rêves et idéaux, leurs luttes et combats pour avancer en résonances, par nos unicités partagées.

 

La question n’est pas pour nous de sauver la Terre, mais de développer, en la réinventant, l’humanité sur Terre. Ce ne sera possible qu’en respectant notre planète et en nous respectant nous-mêmes, humains d’aujourd’hui, d’hier et à venir…

 

Réflexion tirée du livre d’Albert Jacquard

 

« Réinventons l’humanité »

 

Éditions Sang de la Terre




Commentaire (1 )


Claude le 25 fév à 17:09
Comme tu fais bien de le rappeler, ça a été un moment de bonheur et d'espoir. Mais cet espoir ne s'est pas réalisé, nous sommes pire que durant ces années là. Enfin peut-être l'éclaircie nous permettra de faire naitre un avenir beaucoup plus serein pour le peuple opprimé. je rêve c'est ce qui me permet de vivre notre temps.....


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
08 FÉV
2017
 Toponymie de l'ex-canton de Saint Macaire

Les noms de lieu révèlent une histoire, notre histoire. Il y a par exemple à Saint Pierre d’Aurillac un lieu appelé « Picheloup »....

Toponymie de l'ex-canton de Saint Macaire
Les noms de lieu révèlent une histoire, notre histoire. Il y a par exemple à Saint Pierre d’Aurillac un lieu appelé « Picheloup ».

Tous les habitants  de la commune natifs ou nouveaux habitants prononcent depuis des siècles le « P » final : « Picheloupppppp ! ».

 

Un « P » final hérité de la version gasconne sinon romaine (lupus)  transmise naturellement et oralement.  « Picheloup »  nous renvoie à donc un lieu ou « pisse le loup ». « Piche » étant l’antécédent local et tout aussi gascon de « pisse » (le piche-biste étant une célèbre culotte qui permettait de « pisser vite »).

 

Alors le quartier de « Picheloup » était-il une référence à une résurgence de fontaines présente en ces lieux pourtant élevés ou bien une référence  à une  trace ancienne du loup à la limite des forêts de l’Entre Deux Mers. Allez donc savoir !

 

J’entends  encore la Louise (Mounissens)  qui me racontait il y a (déjà) 50 ans que son grand-père lui avait dit... que... le grand-père de... son grand-père avait vu un loup en haut de la Rue de la Mane, là où se trouve le cimetière de Saint Pierre d’Aurillac.

Elle rendait ainsi vivante la mémoire de notre village qu’elle faisait  remonter jusqu’aux années 1750...

Voilà pourquoi les noms de lieux nous parlent et nous font rêver.

Tiens en cadeau , une intéressante approche de la toponymie locale de (l’ancien) canton de Saint Macaire.

http://gasconha.com/IMG/pdf/toponymie_canton_st_macaire.pdf

 





Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
04 FÉV
2017
 Souvenirs des années 80
Après les Bleuets de Saint Pierre  ... l’école de Saint Pierre avec les tous débuts du carnaval dont l’école était le moteur...
Souvenirs des années 80

Après les Bleuets de Saint Pierre...  l’école de Saint Pierre avec les tous débuts du carnaval dont l’école était le moteur.

Chers élèves, qu’êtes-vous devenus ?  J’en reconnais  bien un qui préside maintenant la société de chasse... une autre qui co-préside avec moi 35 ans plus tard l’association solidarité Al Qarara...

Si vous en savez plus, n’hésitez pas à  donner de vos nouvelles et/ou à  commenter cette photo...

Tiens là j’avais déjà la barbe !



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
21 JAN
2017
 L'astoure de Saint Martin

Ce n’est pas un trucage. Quand on arrive à Saint Martin de Sescas depuis la rive gauche ( CDC du Sud-Gironde) , le message est clair. Une  Buse (http://www.oiseaux.net/oiseaux/buse.variable.html)   annonce la couleur dès l’entrée du village...

L'astoure de Saint Martin

Ce n’est pas un trucage. Quand on arrive à Saint Martin de Sescas depuis la rive gauche ( CDC du Sud-Gironde) , le message est clair. Une  Buse (http://www.oiseaux.net/oiseaux/buse.variable.html)   annonce la couleur dès l’entrée du village.

 

 

 

C’est en quelque sorte la  version gasconne de « Luky Luke à Saint Martin du Texas » ...« Etranger, si tu continues ton chemin sur la D228 , prends garde à la plume et au goudron... »

Plus sérieusement... un peu de (vrai) culture locale pour conclure. En patois, la buse s’appelle l’astoure, du latin « astur »



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
17 JAN
2017
 Le stade de Saint Pierre d’Aurillac envahi....

Depuis quelques semaines, le stade de Saint Pierre d’Aurillac est régulièrement envahi par des oiseaux du voyage...

Le stade de Saint Pierre d’Aurillac envahi....
Depuis quelques semaines, le stade de Saint Pierre d’Aurillac est régulièrement envahi par des oiseaux du voyage !
Je ne saurais vous dire dans le détail de quelle espèce il s’agit mais de toute évidence nous avons affaire à des ardéidés de l’ordre des pélécaniformes.
 
 

 





Commentaires ( 5 )


PAUL le 17 jan à 20:14
il s'agit d'aigrettes...me semble t il .Espèce très commune. Il y en a de plus en plus sur les berges de la Garonne. N'ont pas besoin de visa pour immigrer...


paul le 17 jan à 20:22
Pardon, je me suis trompé..mon copain Bernard me dit qu'il s'agit d'uri blanc.


Claude le 18 jan à 11:17
je sais comment ils se dénomment : ce sont des Uris Blanches, femelles des Uris Noirs....


CORBANESE le 19 jan à 16:47
Les deux équipes de la même couleur, pas de numéro sur les maillots: l'arbitre va être bien ennuyé s'il veut mettre un carton!
J.C.


cottereau le 23 jan à 19:45
vous avez tous faux
ce sont les nouveaux supporters


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
09 JAN
2017
 Une journée de rencontres autour du livre
La petite médiathèque de Saint Pierre d’Aurillac organise une intéressante rencontre le samedi 14 janvier. Ceci dans le cadre (tenez- vous bien !),  d’une initiative nationale du Ministère de la Culture. «Biet d’ase » aurait dit mon grand-père ! ...
Une journée de rencontres autour du livre

La petite médiathèque de Saint Pierre d’Aurillac organise une intéressante rencontre le samedi 14 janvier. Ceci dans le cadre (tenez- vous bien !),  d’une initiative nationale du Ministère de la Culture. «Biet d’ase » aurait dit mon grand-père! ( *)

 

Chacun pourra venir y picorer à son gré au sens propre comme au sens figuré.

 

Voici le programme

http://www.coupsdecoeurstpierre.fr/

 

Ce programme  intègre de 14 heures à 15 heures 30 une rencontre avec quatre  auteurs locaux parmi lesquels deux écrivains vicinaux de Saint Pierre d’Aurillac. Ce sera l’occasion certainement d’intéressants échanges.

Je vous y invite et je vous y attends avec sous le bras ma « Petite encyclopédie vicinale garonnaise assortie d’historiettes à rêver ».


A bientôt !

 

(*) interjection  gasconne qui pourrait être diversement traduite par boudïou... ou bon sang...ou putain con... !

Littéralement bite d’âne ou barreau d’âne  (vectis asini) introduit au français par Rabelais https://fr.wiktionary.org/wiki/bi%C3%A9taze



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
05 JAN
2017
 Souvenirs : La réserve des années 80
A l’époque, c’était LES BLEUETS DE SAINT PIERRE.

BLEUETS, un  digne nom hérité des combats de la 1ère guerre mondiale : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bleuet_de_France

Souvenirs : La réserve des années 80
A l’époque, c’était LES BLEUETS DE SAINT PIERRE...
 

 

BLEUETS, un  digne nom hérité des combats de la 1ère guerre mondiale :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Bleuet_de_France

Prenez de la graine, jeunes morveux qui pensez avoir inventé le ballon rond et les troisièmes mi-temps, voici les héros infatigables des années 80... les Balans, Martin, Poutays, Babinot, Hilaire, Belloc, Couthures et autres Béru ou Corbanèse. On ne connaissait pas Ronaldo ni Béïn sport mais on était capable d’authentiques exploits !

Attention il s’agit de « l’équipe réserve ». C’est ainsi qu’on appelait ce qui est devenu maintenant « l’équipe B » (« l ’équipe A » s’appelait, elle, « l’équipe première »).

Personnellement, j’ai été toute ma carrière un modeste réserviste. Sauf lorsque j’ai joué à Saint Martin de Sescas en équipe première. Mais bon... pour tout dire ce club ne comptait qu’une seule équipe.

C’est cependant  là que j’ai battu un record qui n’a pas encore à ce jour d’équivalent : trois buts le même dimanche...mais contre mon camp !

Allez, meilleurs vœux quand même aux BLEUETS MACARIENS !



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
01 JAN
2017
 Bonne Année 2017...
Le père Noël m’a enfin porté un nouvel appareil photo pour remplacer celui qui m’avait été confisqué par un vietnamien indélicat.
Bonne Année 2017...

Le père Noël m’a enfin porté un nouvel appareil photo pour remplacer celui qui m’avait été confisqué par un vietnamien indélicat.http://michel-hilaire.fr/z/billet.php?act=5&id=6

 

Tôt le matin, je suis aussitôt monté en haut des coteaux de Garonne sur la petite parcelle de terrain héritée de mes ancêtres. L’église de Saint Martin de Sescas et celle de Castets en Dorthe, presque alignées, émergeaient à peine des brumes.

 

Clic... clac...immortalité et beauté d’un paysage, d’une culture, d’un lieu universel mais unique.  Moment impérissable associant la tendresse des souvenirs et la réflexion sur les mondes à venir.

 

La nostalgie d'un autre monde est le premier rêve de l'humanité.

La branche de merlin - Marcel Schneider

 

Par magie... dans les brumes d’un monde qui se levait, j’ai vu alors apparaître, en visionnant le cliché, un vol de colombes qu’on ne pouvait distinguer à l’œil nu.

 

 

 

Alors Bonne Année 2017 à tous, mais je vous en supplie, n’arrêtez surtout pas de rêver !

 




Commentaire (1 )


BRIOLAIS le 02 jan à 11:38
Merci Michel est très bonne année à toi et à ta famille, pleins de rêves en perspectives sans aucun doute pour cette nouvelle année
Bises à toi ainsi qu'à Martine et à ton grand fiston;


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
19 DÉC
2016
 Le Père Noël Vert
Le Père Noël vert du Secours Populaire vient tous les ans à la rescousse du Père Noël rouge car il arrive à ce dernier d’oublier des enfants ou d’avoir trop de travail pour aller dans tous les foyers. Le Père Noël vert, couleur d’espoir, était samedi à Saint Pierre d’Aurillac pour distribuer de magnifiques cadeaux aux enfants....
Le Père Noël Vert
Le Père Noël vert du Secours Populaire vient tous les ans à la rescousse du Père Noël rouge car il arrive à ce dernier d’oublier des enfants ou d’avoir trop de travail pour aller dans tous les foyers. Le Père Noël vert, couleur d’espoir, était samedi à Saint Pierre d’Aurillac pour distribuer de magnifiques cadeaux aux enfants.
 
 

 

Une après-midi émouvante avec des contes, des jouets et de magnifiques gâteaux préparés par les bénévoles et les bénéficiaires .

Satisfait de l’ambiance, ce Père Noël Vert en a profité pour prendre un peu de repos à St Pierre durant le week-end. Du coup, je n’ai pu résister au plaisir de l’initier à la navigation sur la Garonne.

 


Mon chien Léon , épagneul breton de son état, n’a pas quitté ce Père Noël Vert de la journée, certainement sensible à son côté garonnais et gascon.

 

 

 

Je puis donc vous dire que ce Père Noël Vert est éminemment sympathique, généreux et ouvert à toutes les cultures.

De son côté, il m’a fait part d’un besoin urgent de solidarité et d’humanité... alors n’hésitez pas à l’aider. Remplissez la hotte du Père Noël vert.. https://www.secourspopulaire.fr/peres-noel-verts#.WFeLOX3o6w5 et faites un don au Secours Populaire.



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
27 NOV
2016
 Des cadeaux solidaires
Pour NOËL  et les fêtes de fin d’année, jouez la PROXIMITE avec des cadeaux SOLIDAIRES...
Des cadeaux solidaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour NOËL  et les fêtes de fin d’année, jouez la PROXIMITE avec des cadeaux SOLIDAIRES.

 

Deux rendez-vous originaux :

 

 

Salle des fêtes de Saint Pierre d’Aurillac

 

Mercredi 30 novembre

avec Palestine 33 et Solidarité Al Qarara,

« vente d’artisanat palestinien »

 

Dimanche 4 décembre

«  Marché de Noël » organisé par l’Association des Parents d’Elèves  avec de nombreux exposants et des animations diverses...

 

 

A cette occasion plusieurs associations seront présentes sur un ESPACE GARONNE :
 
1)avec les DVD d’INVIDEO VERITAS (http://www.invideoveritas.com/),

 

2) les photos et cartes postales anciennes de « l’ATELIER MULTI-MEDIA»

 

3) le dernier CD des SOUS-FIFRES DE SAINT PIERRE (http://www.sous-fifres.fr/)

 

4) la pétition des GAVES...sur la halte nautique... http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/destruction-halte-nautique-port-arrocs-saint/25946

 

J’y serai aussi présent aussi avec ma « Petite encyclopédie vicinale garonnaise assorties d’historiettes pour rêver »

 

http://michelu.elunet.net/la-petite-encyclopedie-vicinale-de-la-garonne/

 

En décembre 1 livre acheté /1 livre gratuit soit deux cadeaux pour le prix d’un !

 

et pour vous parler du spectacle que j’ai écrit « LA GARONNE conférence poético-vicinale clandestine »  qui entame sa deuxième saison avec les « EPICIERS DE LA BENAUGE ».

 

 

Vous pouvez inviter ce spectacle chez vous, le proposer à votre association, à votre commune..

 

 

Alors pourquoi pas en 2017... offrir un petit bout de Garonne en circuit court pour soutenir de petits producteurs culturels locaux !


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
27 OCT
2016
 L'espion
Octobre, le retour aux sources.

Sur son piédestal, prisonnier d’une cage artisanale, l’espion est chargé de scruter le ciel pour le compte de son employeur/chasseur. « Palombe, chère palombe, ne vois-tu rien venir ? »

L'espion....
Octobre, le retour aux sources.

Sur son piédestal, prisonnier d’une cage artisanale, l’espion est chargé de scruter le ciel pour le compte de son employeur/chasseur. « Palombe, chère palombe, ne vois-tu rien venir ? »

 

 

 

 

 

Un peu en retrait, au cœur de la forêt, je l’observe à mon tour des heures du  coin de l’œil tout en gardant  le regard rivé en permanence sur l’infini avec « cette  angoisse légère qui vous pointe au creux de la poitrine semblable à celle de l’attente amoureuse » (Raboliot/Maurice Genevoix).

Cet exercice automnal a l’immense mérite de débarrasser mon cerveau des poussières du quotidien. Comme pour Abel, la forêt devient alors un « immense laboratoire d’harmonies sociales civilisatrices »

http://michel-hilaire.fr/upload/documents/pages-40.pdf



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
07 OCT
2016
 Nos ancêtres les gaulois...
Plus personne n’oserait. Lui, si !

Sarkozy décide de re-créer le mythe national dans lequel le peuple français puiserait ses racines. Nos ancêtres les gaulois...tagadagada !

Nos ancêtres les gaulois...

Plus personne n’oserait. Lui, si ! Sarkozy décide de re-créer le mythe national dans lequel le peuple français puiserait ses racines. Nos ancêtres les gaulois...tagadagada !

 

La prochaine étape de l’ancien nouveau président sera sans doute  la célébration de Charles Martel qui arrêta les arabes à Poitiers ? Là, c’est un peu plus compliqué., car le Charles  en question était un franc d’origine germanique et donc très peu « gaulois de souche » !!

 

Bon, si vous voulez en savoir plus et vous faire une idée sur les « idées primaires » de Sarkory,  si vous refusez de vous laisser submerger par les évidences identitaires , je vous propose une (in)formation en trois temps...

 

  1. Henri Salvador dans « faut rigoler » https://www.youtube.com/watch?v=3hN9E-b_7Fs

  2. Un article Christine Pedotti dans « Témoignage Chrétien » http://michelu.elunet.net/wp-content/uploads/sites/25/2016/02/pdf_web_t%C3%A9moignage-chr%C3%A9tien-pele-fran%C3%A7ais_3666_numero_entier-25.pdf

  3. Une relecture (complète) de mon billet du 12 février 2016 où je parlais de mon expérience personnelle.

 




Commentaire (1 )


Briolais Pascale le 07 oct à 14:16
Merci, vraiment grand plaisir à te lire.
PS: si tu me croises quand je promène ma chienne et que je n'ai pas mes lunettes, je suis incapables de reconnaître les gens; Donc il ne faut pas hésiter, une grande tape dans le dos (ou coup de pied au derrière, oups non je rigole) et du dis coucou c'est moi.
Encore milles excuses et à bientôt.
Pascale


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
03 OCT
2016
 Le petit-duc...
Je n’en avais jamais vu (ni entendu) dans ma vie de cul-terreux attaché à la nature et à la vie rurale. Il y a un Petit-duc qui s’est installé au centre du bourg de Saint Pierre d’Aurillac. C’est d’abord son cri inconnu jusqu’à ce jour qui a attiré mon attention le soir à la tombée de la nuit..
Le petit-duc...

Je n’en avais jamais vu (ni entendu) dans ma vie de cul-terreux attaché à la nature et à la vie rurale. Il y a un Petit-duc qui s’est installé au centre du bourg de Saint Pierre d’Aurillac. C’est d’abord son cri inconnu jusqu’à ce jour qui a attiré mon attention le soir à la tombée de la nuit.

Depuis trois semaines, une  sorte de "tiou"  inconnu répété toutes les deux secondes venait perturber mon rosé du soir.

 

Jusqu’au jour où je l’ai aperçu sur ma toiture... j’ai cru rêver... une sorte de hibou miniature adorable.

Surprise.... je croyais que le Petit-duc (d’Aquitaine) ressemblait à ça.....

 

 

Ou à ça....

 


 

 

Non...je plaisante, et je vous présente le vrai petit-duc...de la taille d’un petit perdreau


 

Peut-être l’entendrez- vous et le verrez- vous ? Alors faites me le savoir... je suis curieux de connaître ses habitudes.

 




Commentaires ( 4 )


Marie Pierre le 04 oct à 06:25
cet été en marchant un soir à la fraîche alors que la nuit tombait j'ai surpris un couple de petits ducs sur le toit de la maison Puy route de St André... apparemment ils sortaient juste de leur sommeil diurne et tranquillement posés sur les tuiles faîtières prenaient connaissance de leur environnement avant de s'envoler... un vers Fouques et l'autre piquant derrière la maison, disparaissant tous les 2. Je ne les ai jamais revus et je le regrette car ces petits oiseaux à la tête toute ronde et l'allure caractéristique faite de petits mouvements contrairement à son cousin le grand duc plus hiératique, sont particulièrement proches et sympathiques. Merci Michel de me les avoir fait entendre !


PAUL TOITOT le 04 oct à 07:09
Michel,
je suis toujours surpris par tes découvertes...Pour ton information, il y a le petit duc, le grand duc et le trou duc...qui ressemble à un chasseur...


Moni33 le 04 oct à 13:17
Pour répondre a Paul,les trouducs ressemblent a s'y méprendre aux politiques qui nous gouvernent actuellement. Et a la plupart de ceux qui voudraient bien leur place!!!...
Mais bon!!C'est un beau constat de savoir qu'un petit duc peut vivre dans notre village dont le maire est communiste!!
Hier soir ,nous rentrions de notre séance "sportive"avec les copines,une/chouette effraie s'est envolee dans les phares de la voiture!!De belle choses a admirer,qui me conforte dans mon plaisir de vivre dans notre petit coin de campagne!!!


CORBANESE le 04 oct à 19:20
voilà quelques semaines, ma moitié a récupéré sur le sol, près de la maison, une chouette chevêche, qui ressemble comme une cousine à ce beau petit duc. Inutile de dire qu'il a été sauvé d'une faune féline toujours aux aguets! Tout cela serait-il le signe d'une nature exceptionnellement saine à St Pierre...? Ces oiseaux fuiraient-il des contrées inhospitalières pour se réfugier chez nous? quoi qu'il en soit, quel bonheur d'observer de près la vie des animaux...
J.C.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
19 SEPT
2016
 Des artisans "d'autrefoie"......
Véronique et Sébastien sont des éleveurs et des artisans d’AUTREFOIE....
Des artisans "d'autrefoie"......

Véronique et Sébastien sont des éleveurs et des artisans "d’AUTREFOIE". Pour avoir suivi et soutenu leur courageux parcours, je peux vous assurer qu’ils méritent votre soutien ou du moins dans un premier temps un détour curieux sur les hauts de Caudrot à la limite de la forêt et des vignes...

Des produits nobles, raffinés et des associations parfois surprenantes...

 

 

 

 

téléchargez la plaquette



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
15 SEPT
2016
 Quand la Garonne aura soif

C’est le titre d’un documentaire de Thierry Gentet qui a été présenté dans les cinémas de proximité de notre région à l’automne dernier. L’auteur nous invite à la réflexion sur le manque d’eau à venir et sur le tarissement prévisible de la Garonne dans les prochaines décennies.

Quand la Garonne aura soif
C’est le titre d’un documentaire de Thierry Gentet qui a été présenté dans les cinéma de proximité de notre région à l’automne dernier. L’auteur nous invite à la réflexion sur le manque d’eau à venir et sur le tarissement prévisible de la Garonne dans les prochaines décennies.

http://garonne.mira.fr/#accueil

 

La Garonne est au plus bas depuis quelques jours.

Pour l’instant, ces deux ou trois jours de pluie n’ont pas changé grand-chose. Le débit du fleuve dépasse à peine  de 100 m3 seconde à Saint Macaire, soit 5 fois moins qu’en juin. Elle fleurte « avec les débits de crise » évalués par les « autorités » notamment en amont de Toulouse. Le SMEAG  (Syndicat Mixte d’Etude et d’Aménagement de la Garonne) a lancé un soutien du débit d’étiage de 12 m3 depuis le 30 juillet (avec de l’eau achetée en amont à EDF pour ses réserves hydroélectriques !!!).

Seulement voilà, on n’est pas sûr à ce jour que les réserves seront suffisantes pour tenir le coup jusqu’au début du mois octobre et le soutien vient d’être limité à 8 M3 depuis la semaine dernière pour être réduit à 4 M3 avant hier dès les premières gouttes. On a en effet très peur de manquer de réserves car 70% du stock a été utilisé !!

http://www.smeag.fr/bulletin-quotidien.html

 

 

Il faut savoir qu’un manque d’eau serait dramatique et pourrait  poser des problèmes en cascade tout aussi graves sinon plus que la disparition des aloses après les sècheresses de 2003 et 2005 . Toulouse par exemple est alimentée en eau potable par des prélèvements sur le fleuve, ne parlons pas de Golfech qui doit refroidir ses tours, du maïs qui jaunit, des poissons qui commencent à manquer d’oxygène.... et de la pollution qui risque de reprendre le dessus faute de dissolution suffisante.

 

 

L’eutrophisation... ça vous dit ?

Première alerte et pas des moindres, les (rares) pêcheurs de Garonne du Sud-Gironde sont obligés de plier leurs canes depuis une semaine. Des algues filamenteuses en grand nombre s’enroulent aux fils de pêche. Phénomène d’eutrophisation causé par les nitrates et l’azote qui viennent suralimenter le fleuve. Une pollution d’autant plus sensible que celui- ci ne trouve plus le débit suffisant pour se débarrasser de cette pollution et la dissoudre.

Plus en amont à Toulouse, c’est l’enfer depuis deux mois... http://www.ladepeche.fr/article/2016/07/22/2389119-les-algues-vertes-proliferent-autour-des-berges-de-la-garonne.html

« Pas grave ! aucun danger » nous dit-on. Je vous renvoie cependant à une étude 2012 du bassin.

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/eau-et-activites-economiques/agriculture/les-risques-de-pollution-lies-a-l-agriculture/pollution-par-les-nitrates-et-le-phosphore.html

 

Voilà un véritable sujet de débat, une question de société, d’avenir, de survie... mais... silence sur les radios, journaux  et télés  où l’on préfère le dérisoire ballet des candidats aux primaires qui se bousculent au portillon !

 

 

QUE FAIRE ?

La question mérite d’être posée comme le fait le documentaire de Thierry Gentet : « Que Faire ? »

On peut bien sûr faire des prières pour qu’il pleuve... à ne pas négliger !! quelle que soit d’ailleurs son église !!! Si l’on n’est pas croyant, on peut simplement attendre qu’il pleuve, les mains dans les poches !!!

Mais on peut aussi commencer à penser autrement les choses.

N’est-il pas temps, par exemple,  d’explorer de nouvelles pistes, de prendre (très) au sérieux  le réchauffement climatique qui diminue le château d’eau pyrénéen fait de neige et de glaciers, n’est-il pas temps d’économiser l’eau qu’il s’agisse de l’industrie, de l’agriculture ou des ménages, de stocker l’eau en multipliant les retenues d’eau de pluie de préférence sous formes de  réserves de proximité, de conserver l’eau dans le sol notamment en développant par exemple  l’agroforesterie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agroforesterie.

 

 

Tenez, avez-vous remarqué sur les bords de Garonne ces maïs jaunis d’un côté de la route et les  sous-bois verdoyant de l’autre côté ?

 


N’est-il pas temps  de récupérer le maximum d’eau de pluie ou de ruissellement mais aussi d’économiser l’eau en ayant des sols vivants et d’encourager les cultures sans labour, de veiller au choix de productions (1kg de maïs nécessite 1 tonne d’eau, lequel maïs sert à faire du cochon... et 1 kg de cochon nécessite 12 à 15 tonnes d’eau),  de développer les productions de printemps (quand il pleut), de réfléchir à une irrigation ciblée en particulier par les techniques satellitaires  mais aussi économes (goutte à goutte systématique) et d’envisager pour l’avenir de développer la consommation de protéines végétales (sans abandonner brutalement et totalement l’entrecôte et le magret), de réfléchir à des services publics de l’eau autour d’une  l’hydro-électricité qui ferait de l’électricité l’hiver et du soutien d’étiage  l’été.

 

N’est-il pas temps à réfléchir à un service public de distribution de l’eau économe, éducatif et pédagogique qui encourage les économies et non la consommation comme aujourd’hui ?

 

 

N’est-il pas temps ?




Commentaire (1 )


Sax le 15 sept à 17:54
"sont obligés de plier leurs canes depuis une semaine"
Pauvres bêtes, elles n'ont pas mérité ça :-)


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
07 SEPT
2016
 Raymond Devos...la situation est catastrophique...
Fini les vacances, le Viet-Nam et les émotions du bout du monde, il faut maintenant se colleter avec la vie quotidienne en France...
Raymond Devos...la situation est catastrophique...
Fini les vacances, le Viet-Nam et les émotions du bout du monde, il faut maintenant se colleter avec la vie quotidienne en France : trouver et aménager un appartement pour Valentin en fac à Bordeaux, rencontrer du coup l’agence immobilière... et le banquier, régler les factures en retard,  ramener le paternel qui perd la mémoire au bercail, préparer le repas pour la famille qui travaille,  changer un bidon crevé au ponton, soigner mes deux doigts blessés lors d’un héroïque combat bénévole avec une redoutable saucisse macarienne...dur !dur !

Et pendant ce temps .... les shadocks pompaient et les japonais travaillaient
https://www.youtube.com/watch?v=ox18vIieRiM.

 

Et pendant ce temps-là, le mercato présidentiel déroulait son fil d’Ariane. Et pendant ce temps-là Cahuzac avouait...qu’il avait simplement mis de l’argent de côté pour son  ami Rocard.

Tiens, au fait, de l’argent de côté, Cahuzac pourrait en débattre avec la mémé qui demandait hier matin devant moi à la poste de Saint-Macaire un  timbre vert pour envoyer un courrier pourtant urgent mais un seul timbre ! parce deux... elle n’avait pas assez !.

 

L’argent de côté, Macron pourrait en parler avec ce père de famille qui me donnera l’après-midi avec fierté sa participation de 1€ au colis du secours populaire mais, avec des pièces de 5,2  et 1 centime d’Euro.

« On n’y peut rien, la finance est trop forte, trop maline et aujourd’hui incontrôlable » me dit le lendemain un ancien collègue élu (socialiste) comme pour s’excuser de tant de malheurs.

 

Mon dieu ! quel fossé ! quel abîme entre ces deux mondes, entre cette minorité qui a le pouvoir et l’argent et ceux qui  font vraiment tourner la machine, fabriquent, font pousser la vigne, éduquent les enfants et soignent , protègent, bâtissent...

Face aux « 99% que nous sommes », (comme le dit si bien Paul Laurent), Hollande et Sarko n’ont plus qu’un seul argument... se rassembler pour éviter la catastrophe !

 

 

La catastrophe ?... Pour l’éviter, mieux vaut aller faire un tour à la fête de l’Humanité, c’est une meilleure assurance. En attendant, vous reprendrez bien un peu de Raymond Devos qui a bien résumé l’argument dans  « la situation est catastrophique, parlons-en » !

https://www.facebook.com/fr.fredj/videos/10208282018184905/?hc_ref=NEWSFEED

 


Analyse des malwares effectuée



Commentaires ( 2 )


Sax le 09 sept à 21:19
Paul Laurent qui envoie un message d'outre-tombe ?



Michel Hilaire le 12 sept à 06:01
Je crois bien que je me suis trompé de génération....mais bon...Pierre ou Paul, on ne va pas chipoter! Ils ne vont jamais l'un sans l'autre. Pourtant Pierre était un Galiléen, pécheur, des bords du Lac de Tibériade et Paul était un juif lettré, citoyen romain de la ville de Tarse.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
02 SEPT
2016
 Rencontres tendres et burlesques...

Les Epiciers de la Benauge, vénérable association macarienne dont je vous ai souvent entretenu en 2016  organisent ce week-end la deuxième rencontre  intitulée "espèces de clowns" .

Rencontres tendres et burlesques...

Les Epiciers de la Benauge , vénérable association macarienne dont je vous ai souvent entretenu en 2016  organisent ce week-end la deuxième rencontre  intitulée "espèces de clowns" .

 

 

 

A conseiller à tous vos amis... des solos, des duos, des troupeaux de clowns, sur scène, en liberté...

Attention, pour certains spectacles, il est prudent de réserver sur place au petit théâtre de la cloche ; on donne ce qu’on veut... spectacle au chapeau !!

Offrez vous un week-end  de liberté avec  de la tendresse à revendre et une folle envie de rigoler qui prend le dessus... c’est si rare par les temps qui courent !

Voilà le  programme.

http://especesdeclowns.fr/



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
01 AOÛT
2016
 Le ponton...
Mon  rêve de gosse devenu réalité grâce au génie collectif. Un ponton sur les bords de la Garonne au port des Arrocs....
Le ponton...

 

Mon  rêve de gosse devenu réalité grâce au génie collectif. Un ponton sur les bords de la Garonne au port des Arrocs. 

 

 

 

 

 

Un lieu et  des moments de vie, de rêve, de poésie et de rencontre à portée de main.  Ainsi, le ponton de la conférence clandestine va connaître une nouvelle  vie.

 

 

 

 

Sa mise à l’eau a été un évènement symbolique. La grue prévue  n’était pas au rendez- vous ; alors quelques coups de téléphone plus tard, une quarantaine de bras solidaires ont projeté le ponton et sa passerelle sur les eaux du fleuve.

Moment d’humanité immortalisé par la mémoire vivante d’In Video Véritas :

 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x4mm4wx_le-ponton-aux-arrocs_tv

 

 

Un début prometteur... mais la vie d’un ponton n’est pas un long fleuve tranquille. La Garonne peut être tumultueuse, inattendue et parfois même coléreuse. La route est longue...




Commentaire (1 )


BRIOLAIS Pascale le 02 août à 14:27
Franchement on ne peut dire que BRAVO!


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
28 JUIL
2016
 Changement de décors....
Les habitués des longues promenades le long de la Garonne ont certainement remarqué cette année le changement de décors....
Changement de décors....
Les habitués des longues promenades le long de la Garonne ont certainement remarqué cette année le changement de décors.

Castets en Dorthe s’est doté sur la rive droite d’un écrin de tournesol...

 

 

 

 

... D’ailleurs  Léon ne reconnait plus ses lieux habituels de chasse où se mêlent maintenant peupleraies, tournesol et maïs...

 

 

...tandis qu’en face sur l’autre rive les bottes de paille des céréales déjà moissonnées décorent harmonieusement le paysage aux côtés de l’alignement fragile de jeunes  peupleraies...

 

 




Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
13 JUIL
2016
 Inondation 1981.....
Dans un subit accès de nostalgie, je viens de décider de classer mes archives photographiques.

Ma femme et mon fils s’inquiètent. Qu’est-ce qui lui arrive ? Il range !...

Inondation 1981.....
Dans un subit accès de nostalgie, je viens de décider de classer mes archives photographiques.

Ma femme et mon fils s’inquiètent. Qu’est-ce qui lui arrive ? Il range !

Mon psychiatre, lui, prétend qu’il s’agit d’un trouble (de raisonnable ampleur) qui traduit simplement une approche psychosomatique de ma condition de retraité et révèle une pathologie sociale semblable à celle des transplantés et dans migrants.

Donc... rien de grave et je peux sans risque vous faire partager quelques archives.

Voici la première photo d’une série à venir... Une vue de Caudrot lors de la grande inondation de décembre 1981. La Nationale 113 coupée... plus une voiture !!!

 

 

L’eau était alors  montée en 1981 à 10,58 m à La Réole. Ce n’est pas le record elle avait atteint 10,96 m en juin 1875,  11,26 m en mars 1930 et  11,30 m en avril 1770 ou le bourg de Caudrot était devenu une île...

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les inondations de la Garonne :

http://www.persee.fr/doc/rgpso_0035-3221_1984_num_55_1_4602#rgpso_0035-3221_1984_num_55_1_T1_0021_0000



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
29 JUIN
2016
 La Conférence (suite)...

Les 5 premières représentations de la conférence Clandestine Poético Vicinale sur le thème de la Garonne ont connu un grand succès ; j’ai le plaisir de vous annoncer une prochaine soirée le vendredi 8 juillet au Port des Arrocs de Saint Pierre d’Aurillac à 21 heures pour  tous ceux qui souhaiteraient  voir... revoir...ou  faire connaître à leur entourage cette œuvre majeure de la poésie vicinale gasconne et garonnaise..

La Conférence (suite)...
 

Les 5 premières représentations de la conférence Clandestine Poético Vicinale sur le thème de la Garonne ont connu un grand succès ; j’ai le plaisir de vous annoncer une prochaine soirée :

 

vendredi 8 juillet

au Port des Arrocs de Saint Pierre d’Aurillac

à 21 heures

 

pour  tous ceux qui souhaiteraient  voir... revoir...ou faire connaître à leur entourage cette œuvre majeure de la poésie vicinale gasconne et garonnaise..

 

Nous serons accueillis  à quelques mètres du fleuve dans les anciens chai de la propriété Mauriac. Cette demeure historique  antérieure à Malagar est symbolique du lien étroit entre La famille Mauriac, la Garonne et Saint Pierre d’Aurillac. Jacques, le grand-père de François Mauriac, marchand et propriétaire, importateur de bois et fabriquant de tonneaux  (qui habita en ces lieux) fut d’ailleurs maire de  cette commune de Saint Pierre d’Aurillac de 1852 à 1857 avant de devenir 25 ans plus tard maire de Langon, petit village voisin  où la famille possédait une succursale.

 

Ce spectacle que j’ai eu le plaisir d’écrire a été mis en scène par les Epiciers de la Benauge. La participation, comme à l’habitude se  fera au chapeau au profit des Epiciers. Chacun  se verra proposer à la suite de manière exceptionnelle (et gratuite) une dégustation de produits des coteaux et de la vallée ( pour  la première fois en Europe, nous trouverons des rillettes d’alose et de la crème de lamproies).

 

Ouvert à tous, mais il est important de s’inscrire..... le nombre de places est limité à 60 personnes et il n'en reste qu'une dizaine !

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
01 JUIN
2016
 Les coquelicots de mai...espoir et douleur.
Les coquelicots de mai  sont enfin revenus en grand nombre. Cela fait si longtemps qu’ils avaient disparus. Mais là, ils sont partout...
Les coquelicots de mai...espoir et douleur.

Les coquelicots de mai  sont enfin revenus en grand nombre. Cela fait si longtemps qu’ils avaient disparus. Mais là, ils sont partout.

 

Des champs entiers  sur les bords de Garonne...

 

 

Sur le pont du chemin de fer entre Saint Pierre et Saint Martin, un coquelicot résiste aux  vents, au souffle des trains et des voitures...

 

 

Sur le bord de la RD 1113 adossés à un mur de pierre, les coquelicots bravent le bruit et la pollution...

 

 

Cette tâche rouge colorant de nouveau le quotidien renaît aujourd’hui de nulle part... évocatrice d’espoir et de douleur.

 

Ces coquelicots me renvoient à une rencontre avec Mouloudji, sur les bords de Garonne dans les années 80...

 

Mais, sur le corsag' blanc,

Juste à la plac' du coeur,

Y avait trois goutt's de sang

Qui faisaient comm' un' fleur :

Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !

Un tout p'tit coqu'licot.

 

 

 

 





Commentaire (1 )


Claude le 02 juin à 10:07
Et oui Michel, moi j'en ai même vus, comme toi, marcher tout le long des rues et avenues ainsi que devant les usines, décidément il y a du réchauffement sur notre planète. Il ne reste plus qu'à faire une bonne récolte de cette nouvelle pousse....au risque d'être grêlés....


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
28 AVR
2016
 Week-end Garonne... c'est reparti...
Après le spectacle du week-end dernier qui a connu un franc succès, je vous invite cette semaine à nous retrouver autour d’un double rendez-vous avec la Garonne...
Week-end Garonne... c'est reparti...

Après le spectacle du week-end dernier qui a connu un franc succès, je vous invite cette semaine à nous retrouver autour d’un double rendez-vous avec la Garonne :

 

  1. Ballade thématique samedi matin de Saint Pierre à Saint-Macaire. J’en serai l’animateur bénévole (cliquer sur l'affiche pour la télécharger)





  2. Bric-brac des fifres du 1er mai toujours aussi musical, insolite et inattendu. J’y participerai avec le stand d’Al Qarara (solidarité avec la Palestine)

 




Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
19 AVR
2016
 Garonne...fin de mois agitée...
A signaler trois initiatives originales mettant la Garonne en valeur en cette fin de mois d’avril agitée...
Garonne...fin de mois agitée...

A signaler trois initiatives originales mettant la Garonne en valeur en cette fin de mois d’avril agité :

 

  1. D’abord le  spectacle théâtral au restaurant scolaire de Saint Pierre d’Aurillac  samedi 23 prochain « La Garonne, conférence clandestine poético-vicinale » dont  je vous ai déjà parlé :

    Il reste une dizaine de places, les retardataires doivent s’inscrire d’urgence (m.hilaire@wanadoo.fr) d’autant plus que je viens de goûter la soupe de poisson de Garonne, les rillettes de carpe, la crème d’alose et autres produits fumés que je compte vous  proposer à la fin du spectacle... c’est très... très... très...bon ! Simone nous a assuré de sa présence :



  2.  Ensuite la ballade thématique du 30 avril sur les bords de Garonne que j’aurai l’honneur d’animer .. . Un bon moment en perspective pour découvrir ensemble un monde inconnu près de chez vous ; et en plus c’est gratuit !

  3. Enfin, le 1er mai toujours sur les bords de Garonne avec le Bric Brac des sous-fifres où je vous invite à boire le thé de la solidarité et goûter quelques gâteaux palestiniens au stand d’Al Qarara.


Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
02 AVR
2016
 Conférence clandestine poético-vicinale..

Après l’édition de « La petite encyclopédie vicinale assortie d’historiettes à rêver », j’ai pensé utile de prolonger mes devoirs vicinaux par l’écriture d’un spectacle concernant le fleuve Garonne.....

Conférence clandestine poético-vicinale..

Après l’édition de « La petite encyclopédie vicinale assortie d’historiettes à rêver », j’ai pensé utile de prolonger mes devoirs vicinaux par l’écriture d’un spectacle  concernant le fleuve Garonne.

 

Il s’agit d’une œuvre théâtralisée, accompagnée de projections diverses et produite en coopération avec l’association macarienne des  Epiciers de la Benauge.

 

Trois soirées sont programmées au petit théâtre de la cloche à Saint Macaire sans trop de publicité mais il n’y a déjà plus une place de libre.

Ce  succès  nous conduit à rendre publique la prochaine date de cette création et à vous y inviter personnellement :

 

 

Samedi 23 avril à 21 heures (précises)

au restaurant scolaire de

Saint Pierre d’Aurillac

 

Notre fidèle amie Simone (garonnaise incontestée et incontestable) déjà présente aux précédents spectacles a été  informée de cette soirée et nous a assuré de sa participation.

Si vous désirez participer, inscrivez-vous m.hilaire@wanadoo.fr

ou lacloche.stmacaire@netcourrier.com ou auprès de Michel Hilaire 0784187557

 

En effet,  le nombre de places est limité à 62 personnes et il ne sera pris aucune inscription sur place.

 

Selon la tradition, le spectacle se déroulera au chapeau (chacun donne ce qu’il peut et ce qu’il veut au profit des « Epiciers de la Benauge ») et les personnes qui le désirent pourront moyennant une participation de 5 euros grignoter et siroter quelques saveurs de Garonne  et des coteaux  préparées spécialement  à leur intention.

Qu’on se le dise ! 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire
12 FÉV
2016
 Nos ancêtres les Gaulois....
Quelques années après la fin de la deuxième guerre mondiale et la victoire sur le nazisme, mon éducation laïque de fils de paysan gascon a été bercée par la représentation mythique d’une France aux racines profondes et à l’identité commune  affirmée...
Nos ancêtres les Gaulois....
Quelques années après la fin de la deuxième guerre mondiale et la victoire sur le nazisme, mon éducation laïque de fils de paysan gascon a été bercée par la représentation mythique d’une France aux racines profondes et à l’identité commune  affirmée.

Pour résumer, mes ancêtres étaient bien  les Gaulois qui habitaient des huttes en bois (tagadagada !), ils ont ensuite donné  un pacifique mélange civilisateur: les gallo-romains, malheureusement  balayés par  les invasions des barbares venus de l’Est (beurk !), puis attaqué sur le flanc Sud  par les invasions des arabes  venus d’Afrique du Nord (pouah !) que Charles Martel foudroya heureusement à Poitiers.

Suivirent les Normands, ces blonds viking  venus du Nord qui remontèrent la Garonne jusqu’à Toulouse, pillant, volant et violant !

Du côté globalement positif, nous trouvons ce sacré… sacré…. sacré… Charlemagne à la barbe fleurie qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école. D’après ma grand-mère, il faisait assoir à sa droite les fils de métayer qui  travaillaient bien à l’école (comme moi) .  J’avais  également une admiration sans borne pour  Jeanne d’Arc, cette grande résistante qui bouta les Anglais hors de France et redonna courage au roi Charles VII qui s’était un peu (d’après mon grand-père) chié au froc  à Chinon !..

Jusque là tout allait bien…. je savais donc d’où je venais ! Mon histoire était celle de la France, celle de la résistance et de l’ascenseur social.

Et puis petit à petit, en grandissant,  les choses se sont gâtées et les évidences se sont dissoutes dans le creuset quotidien de la réalité et de de la connaissance.

La veille de ma première communion, ce fut le premier choc quand mon  grand-père me livra l’information transmise génération après génération depuis l’an 1000 : ma famille était d’origine sarrazine !!!!.

Puis mon prof d’histoire de 5ème me révéla  que les normands voleurs et violeurs s’étaient alliés dans leurs méfaits du comte  Pépin roi d’Aquitaine pour mettre Saint Pierre d’Aurillac  à feu et à sang en l’an 864… et il m’apprit également que les Francs qui ont fait la France et lui ont donné son nom étaient des peuples envahisseurs  germaniques ( Eh oui…..des bôches comme disait mon aïeul !)

A partir de là, tout a chaviré et les choses se sont accélérées bousculant toutes mes  certitudes  sur ma qualité de français de souche.

Alors, je décidai en rentrant à l’école Normale d’endosser définitivement  ma condition de gascon… «  la plus pure race de bâtard » selon le mot d’Escarpit et j’ai dès lors définitivement refusé de me laisser submerger par des évidence identitaires.

J’ai donc troqué une fois pour toute ma carte d’identité nationale contre une carte nationale d’identité.
Je n’étais sûr de rien sinon jusqu’à ces derniers jours à la lecture du dernier numéro de témoignage chrétien qui racontait « nos ancêtres, les gaulois ».

 

 

 



Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

L'almanach vicinal     clic sur image






                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  


Derniers commentaires

messer jean pierre { Une belle preuve d'amour, de solidarité et d'humanisme, merci Michel, merci à toi, à toute... } - 19 sept, 08:35
paulo { A Miquey le sarmouney... Cher professeur, pour être complet il faut aussi rajouter les... } - 17 août, 17:42
HILAIRE { Damned...bien sûr, c'est pas BACH mais BEETHOVEN comme le titre l'indique...et comme... } - 02 août, 05:07

Liens utiles

Météo locale
Vigicrues